Régions

HAUT-RHIN Devant les futurs ouvriers et cadres du bâtiment réunis par « Le Moniteur » Respecter l’environnement constitue un argument de recrutement

Mots clés : Energie renouvelable - Entreprise du BTP - Hygiène et sécurité du travail - Maison individuelle

« Soyez des chasseurs de primes. » Ce mot d’ordre adressé par Maurice Di Giusto à une centaine d’élèves du lycée du bâtiment de Cernay (Haut-Rhin) a fait mouche, le 18 mars lors de la présentation du supplément « Lycée » du « Moniteur » dans cet établissement avec la participation d’entrepreneurs régionaux.

Selon le patron de l’entreprise mulhousienne de 16 salariés spécialisés dans l’installation sanitaire et le chauffage, « des besoins de plus en plus techniques s’expriment pour des métiers de plus en plus pointus, qui mériteront une rémunération adaptée ». En insistant sur les qualités de présentation qui doivent accompagner les compétences techniques, l’entrepreneur cite l’effet de la canicule sur la climatisation des maisons de retraite et l’envol du marché des chauffe-eau solaires.

« Alors qu’autrefois, la Thur coulait bleu ou rouge, selon les humeurs des usines textiles, l’environnement se trouve aujourd’hui au centre de tous nos projets », enchérit Hervé Mareschal. Le gérant de l’entreprise de travaux publics Mader exprime en espèces ses besoins de nouvelles compétences : « Nous embauchons avec un bonus minimal de 5 % par rapport au Smic. La qualification de manoeuvre n’existe plus chez nous. En accordant des prêts au logement, nous aidons nos jeunes salariés», témoigne le chef de l’entreprise spécialisée dans la canalisation, forte de 80 salariés dont 50 recrutés au cours des 8 dernières années.

Centre d’initiation aux énergies renouvelables

Constructeur de maisons individuelles, Pierre Macchi confirme le rôle de l’environnement dans la diversification des compétences des maçons : avec le développement de la géothermie, le mur sert aussi à permettre le passage des fluides qui transportent les calories extraites du sol et du sous-sol.

Visiblement intéressés par l’importance croissante de la HQE dans la construction, les jeunes ont exprimé leur soif de reconnaissance : « On nous demande d’être rentables, de savoir travailler avec nos mains et avec nos têtes, sans mettre les rémunérations adaptées en face », s’est écrié un apprenti. Après avoir rappelé la différence entre un contrat d’apprentissage et un contrat de travail, le proviseur Guy Lignac a évoqué la reconnaissance sociale à laquelle peuvent aspirer les nouveaux membres de la famille de la construction, en plus des salaires attractifs du secteur. Le débat a montré que la dimension environnementale des projets contribue à renforcer cette fierté des bâtisseurs.

Le lycée de Cernay se trouve en bonne position pour contribuer à cette évolution : « La région a engagé une étude sur la création d’un centre d’initiative et de développement des énergies renouvelables, chiffré à 6 millions d’euros », annonce Guy Lignac. Parallèlement, des négociations avec le groupe Accor pourraient faire du lycée de Cernay le centre de référence pour la formation à la climatisation dans un territoire comprenant l’Europe et la moitié Est de la France.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X