Enjeux

GSE adopte un esprit de conquête

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

Installé dans le Vaucluse, ce spécialiste de l’immobilier d’entreprise réalise 40 % de son chiffre d’affaires à l’export.

Les difficultés du début de la décennie ne sont plus qu’un mauvais souvenir pour GSE. Installé à Avignon (Vaucluse), ce groupe de 350 salariés, qui avait lancé le métier de contractant général en France, a repris du poil de la bête. Son chiffre d’affaires a connu une hausse de 35 % en 2016 pour atteindre 488 millions d’euros, dont 40 % réalisés à l’export. Et son carnet de commandes de 443 millions d’euros laisse présager une bonne année 2017.

L’activité à l’international explique ce développement. Sur les quelque 15 millions de mètres carrés d’immobilier d’entreprise construits par GSE depuis sa création, 40 % se trouvent hors de l’Hexagone. Pour la seule année 2016, environ 300 000 m² de surfaces logistiques ont vu le jour dans les huit pays où le groupe compte une agence : Allemagne, Hongrie, Espagne, Italie, Roumanie, Pologne, Royaume-Uni et Chine. Pour renforcer son implantation outre-Rhin, GSE vient d’ouvrir une nouvelle agence à Düsseldorf, après celle de Sarrebruck. « En France, notre activité logistique pèse 150 millions d’euros. En Allemagne, c’est trois fois moins, alors que le marché est deux fois plus gros », souligne Roland Paul, le directeur général de GSE. Le potentiel de développement est donc important.

350 salariés. 488 M€ de CA en 2016. 15 millions de m2 d’immobilier tertiaire construits.

Des concepts innovants. Issu d’une agence d’architecture fondée en 1976 par deux frères, Jean-Pierre et Michel Hugues, GSE sait saisir les opportunités. De nouvelles perspectives se sont ainsi ouvertes à eux, après qu’un client leur a commandé un bâtiment logistique clés en main. Depuis, le spécialiste de l’immobilier d’entreprise a développé des concepts exclusifs, comme Modulog pour le stockage. Son portefeuille est très diversifié : bâtiments industriels, cinémas, centres commerciaux… Et sa clientèle l’est tout autant : Airbus, Carrefour, E.Leclerc, Schneider, SNCF, Michelin, DHL… Parmi ses projets figurent l’usine de Lisi Aerospace, à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), qui vient d’être livrée ; l’aménagement en cours du magasin Monoprix dans le centre commercial de Châtelet-les Halles, à Paris ; ou encore l’entrepôt de 126 000 m² en cours de construction pour Carrefour à Poupry (Eure-et-Loir).

Ses deux fondateurs ne dirigent plus GSE, même s’ils ont conservé 10 % du capital. Les autres parts sont détenues par le fonds d’investissement TowerBrook Capital (également actionnaire majoritaire d’Infopro Digital, l’éditeur du « Moniteur ») et l’ancien propriétaire, CIPM. Roland Paul, originaire du Vaucluse comme les deux fondateurs, est aux commandes depuis 2014. Entré comme ingénieur d’affaires en 1998, ce quinquagénaire a constitué le service achats. Il a aussi conforté un mode de fonctionnement où un binôme – un technicien et un commercial – est en charge de la totalité du projet, de sa conception à sa réalisation en passant par le choix des entreprises et le chiffrage.

BIM et certification environnementale. Devenu directeur technique en 2005, Roland Paul a développé de nouveaux outils, dont le dernier est « le lab ». Cette structure dédiée au bâtiment intelligent emploie 13 personnes, dont cinq managers BIM, un ingénieur smart building et quatre autres dédiés à la certification environnementale. Aujourd’hui, 73 % des bâtiments livrés par GSE sont ainsi Breeam ou Leed, de même qu’ils sont tous réalisés en BIM. « Cette organisation nous permet notamment de répondre aux nouvelles demandes de nos clients en termes de bien-être au travail et de bâtiments plus vertueux. Pour cela, nous comptons aussi un architecte d’intérieur au sein du “ lab ” », détaille Roland Paul.

Sur le projet de multiplexe du groupe Pathé à Marseille, GSE a par exemple recouru à des drones pour établir le relevé topographique en 3D : « Nous avons ainsi simulé différentes positions de grues et validé la bonne organisation du chantier à ses différentes phases », précise Lionel Legouhy, directeur du développement-pôle ingénierie. Entre international et nouvelles technologies, GSE semble avoir trouvé le bon équilibre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X