Régions LYON

Gros investissements sur les campus

Ce ne sont pas moins d’une quarantaine d’opérations qui seront lancées dans le cadre du plan Campus à Lyon. Les campus de LyonTech-la Doua et Charles-Mérieux sont les deux sites retenus par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre de son appel à projets.

Pour réaliser ces opérations, l’université de Lyon a reçu une dotation de 575 millions d’euros de l’Etat et de 152 millions des collectivités locales. Piloté par l’université de Lyon, le projet rassemble autour de lui le conseil régional, le conseil général et le Grand Lyon qui contribuent à l’élaboration et au financement de certains programmes.
La réhabilitation du campus de sciences LyonTech-la Doua, à Villeurbanne, englobe quatre opérations lancées dans le cadre des marchés publics. La première porte sur la réhabilitation de douze bâtiments en tranche ferme et dix bâtiments en tranches conditionnelles soit 140 000 m 2 de Shon. Les travaux porteront sur l’amélioration des performances énergétiques et la mise aux normes des bâtiments. Cette opération sera réalisée en contrat global conception-réalisation-exploitation-maintenance (Crem). Les trois autres opérations, dont deux constructions, ont été lancées en loi MOP.
Plus de 240 millions d’euros seront alloués aux opérations sur ce site, véritable écocampus notamment en termes de gestion des eaux pluviales.
Le campus Charles-Mérieux comprend trois sites : quais/Berthelot, Gerland et Lyon Sud. C’est sur ce dernier que l’entreprise GCC construira, dans le cadre d’un partenariat public-privé, quatre nouveaux bâtiments de la faculté de médecine. Un laboratoire de recherche y sera également érigé (site Monod de l’école normale supérieure).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

« Accroître l’attractivité de nos établissements »

Où en est le plan Campus ?

Il est aujourd’hui entré en phase opérationnelle. Sur un patrimoine d’un million de mètres carrés, 300 000 m 2 seront concernés par ce plan. Sur les six ans qui viennent, nous allons être sur des volumes d’investissement importants ; de 2017 à 2019, toutes maîtrises d’ouvrage confondues, le montant sera de 80 millions d’euros par an. Il est actuellement de 20 millions, en dehors des investissements réalisés en direct par les établissements (20 millions par an).

Quel est l’enjeu du plan Campus ?

Derrière ces opérations de construction ou de réhabilitation du patrimoine, se joue le positionnement international de nos campus. Accroître leur attractivité passe par l’amélioration du cadre de vie, des conditions de travail des chercheurs, des capacités d’accueil…

Quelle sera la nature des interventions ?

Dès le départ, le cahier des charges était clair en ciblant prioritairement des opérations de réhabilitation. Entre les réhabilitations et les restructurations fonctionnelles des unités, les surfaces neuves représentent 3 % des surfaces impactées. Ces interventions vont nous permettre de rationaliser les différents quartiers universitaires, par thématique.
La question de la maintenance des équipements est au cœur de notre programme d’actions. Nous allons mettre en place des méthodes de travail pour œuvrer de concert avec les directions du patrimoine des établissements.

Quels montages financiers avez-vous privilégiés ?

En dehors des opérations de Lyon Sud et de l’école normale supérieure montées en partenariat public-privé, la majorité des interventions auront lieu en maîtrise d’ouvrage publique ou en contrat de conception-réalisation-exploitation-maintenance.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X