Entretien

Gravetye Manor. Renaissance d’un jardin à l’anglaise

Mots clés : Rénovation d'ouvrage

Depuis cinq ans, le domaine de Gravetye Manor, au sud de Londres, fait l’objet d’un vaste programme de réhabilitation. Les passionnés y redécouvrent l’ancienne propriété de William Robinson, le père du jardin anglais.

William Robinson s’est fait connaître au xixe siècle, autant pour son activité de journaliste que pour son travail de jardinier. Au sein du vaste domaine de 400 ha qu’il possédait dans le Sussex, il a développé un nouvel art des jardins mêlant esthétisme, pragmatisme et respect de la nature. Considéré par ses pairs comme le père du jardin anglais, il a participé avec la paysagiste Gertrude Jekyll au développement des mixed borders, un concept de platebandes fleuries savamment organisées pour donner une impression de naturel. Depuis 2010, les nouveaux propriétaires du domaine de Gravetye Manor (12 ha aujourd’hui) ont souhaité donner un nouvel élan au site en y recréant une activité hôtelière, présente dès 1958, et en lançant un vaste programme de rénovation des jardins, gérés a minima...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 382 du 11/09/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X