Territoires

Grand Sud-Ouest La Shem investit 40 millions d’euros en 2016

Les incertitudes sur le renouvellement des concessions des ouvrages hydrauliques n’empêchent pas la Société hydroélectrique du Midi (Shem) d’agir. D’ailleurs, son directeur général Pierre Chambon souhaite « doubler les parts de marché ». Déjà, en 2016, la filiale d’Engie va investir 40 millions d’euros doublant ainsi l’enveloppe consacrée à l’entretien et à la modernisation des 56 usines et 12 grands barrages qu’elle exploite dans la chaîne des Pyrénées, sur les rivières du Lot et de la Dordogne. D’une puissance totale de 783 MW, son parc génère une production annuelle moyenne de 1 838 GWh.

Une série de chantiers prévus.

Parmi les chantiers emblématiques figure la poursuite du programme de travaux de cinq ans de 11 millions d’euros sur le barrage de Marèges (Corrèze). En 2016, la Shem érigera un batardeau en amont de l’évacuateur de crue en rive gauche et réalisera des travaux de révision mécanique dans les usines. Elle prévoit ensuite de reconfigurer l’évacuateur du barrage des Essarts sur la Grande-Rhue (Cantal) pour 5,5 millions d’euros. Il pourra ainsi faire passer des crues millénales. Le barrage de l’Oule (Hautes-Pyrénées) va aussi bénéficier d’un chantier visant à agrandir l’évacuateur de crue pour un montant prévisionnel de 2 millions d’euros en 2016-2017. Enfin, au barrage de Bious en Ossau (Pyrénées-Atlantiques), la Shem prévoit de gros travaux sur le barrage en lui-même ainsi que sur différents organes normalement immergés. Le coût est estimé à plus de 2 millions d’euros.

Ancrage local renforcé.

En parallèle, la Shem renforce son ancrage local en ouvrant deux directions régionales à Pau (Pyrénées-Atlantiques) et à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), ainsi qu’une antenne régionale dans la vallée de la Têt (Pyrénées-Orientales). Elle ajoute aussi une nouvelle corde à son arc en accompagnant les collectivités ou autres maîtres d’ouvrage dans la réalisation de leurs projets en matière d’hydroélectricité. En 2015, elle a notamment réalisé les études d’avant-projet pour le compte d’une régie en Andorre pour le développement de petites centrales hydroélectriques, puis fait l’expertise des équipements électromécaniques pour Iberica de Energia (filiale d’Engie en Espagne).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X