Edito

Grand prix malmené

La première bouffée d’euphorie évanouie, la perplexité s’installe à propos du statut du grand prix national du Paysage. Sa proclamation, le 18 mai dernier, lors d’une cérémonie présidée par la ministre Ségolène Royal, a conclu une séquence peu lisible qui aura duré près d’un an : le 15 juin 2015, le jury apprend le report à une date inconnue de sa réunion prévue le lendemain. Après la délibération qui intervient finalement le 15 février 2016, deux mois et demi de silence laissent craindre un enlisement comparable à celui qui avait suivi la désignation de Laure Planchais : la lauréate du grand prix national du Paysage 2012 avait attendu onze mois pour recevoir officiellement son trophée. Alertée le 11 mai par un courrier que Gilles Clément a signé au nom...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 390 du 27/06/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X