Régions

Gironde Un lycée certifié NF Bâtiments tertiaires démarche HQE

Mots clés : Architecte - Architecture - Démarche environnementale - Développement durable - Education - Energie renouvelable - Haute Qualité Environnementale - HQE - Normalisation - Marquage CE

Le lycée du BTP de Blanquefort, dans l’agglomération bordelaise, vient d’être certifié NF Bâtiments tertiaires démarche HQE (haute qualité environnementale). L’aboutissement logique d’une politique de soutien au développement durable, menée par le conseil régional d’Aquitaine. L’équipe de maîtrise d’œuvre est emmenée par l’architecte calaisienne Isabelle Colas. Le président de la région et le proviseur, qui ont supervisé cette restructuration et extension, se sont vu remettre, le 4 septembre, la certification HQE. « La certification n’existait pas encore, lorsque nous avons répondu au concours, sur des critères de HQE », explique Isabelle Colas.

Mandataire du projet, avec BMA et Adret comme coordonnateur HQE, l’architecte a déjà signé le lycée HQE de Calais. Parmi les cibles qui lui tiennent le plus à cœur, la relation du bâtiment avec son environnement, la gestion de l’énergie qui se décline par une chaufferie bois, simple appoint quand l’établissement est vide, l’eau sanitaire solaire, quelques panneaux photovoltaïques et des baies vitrées différenciées nord/sud en épaisseur et luminosité. Pour garantir une isolation naturelle, l’architecte a opté pour la brique Monomur que rappellent les parements intérieurs et les pare-soleil en brique. Les toitures et terrasses végétalisées facilitent la réutilisation de l’eau sur le site, d’ailleurs relativement boisé. Les ouvertures assurent l’éclairage naturel des salles, y compris aux niveaux inférieurs par un jeu subtil de vitrage décalé.

Maintenance facilitée

Enfin, jusque dans les détails, la maintenance est facilitée, comme pour ces pare-soleil constitués de mulots de terre cuite, « simplement enfilés sur câbles », ou le bardage en mélèze. Autant d’éléments qui favorisent l’économie de moyens de fonctionnement de ce lycée, dont la restructuration a coûté 30,5 millions d’euros TTC pour 14 600 m2 de surface utile.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X