Technique et chantier

Génie civil L’EPR de Flamanville maintient le cap

Mots clés : Electricité - Energie nucléaire - Produits et matériaux - Technique de construction - Travail

Nucléaires ou conventionnels, les bâtiments de la tranche nucléaire de 3e génération sortent de terre. Le génie civil, à mi-parcours, côtoie les travaux d’électromécanique et d’électricité. Exploits et aléas techniques ont émaillé le chantier, alors que les contrôles et mesures d’amélioration de la qualité ont été renforcés.

Un an et demi après le coulage du premier béton, celui-ci coule toujours à flots sur le chantier géant de l’EPR (European pressurized reactor) de Flamanville. Tant sur l’îlot nucléaire qui abritera le bâtiment réacteur que sur la partie conventionnelle (non nucléaire) du projet. Du côté du bâtiment réacteur, après avoir passé avec succès l’épreuve du plus important bétonnage du chantier (5 500 m3 coulés en continu pendant 40 heures pour le 2e plot du radier), l’heure est à la fabrication du gousset nucléaire, qui est la « racine » des deux enceintes successives de confinement. Cette zone de transition entre les parties horizontale et verticale est particulièrement technique. La première des deux enceintes étant précontrainte horizontalement et verticalement afin d’augmenter les performances mécaniques et d’éviter les fissures, il s’agit de positionner parfaitement les gaines de précontrainte dans une cage d’armatures très dense en ferraillages. Visuellement le plus avancé, le bâtiment de la salle des machines forme une boîte à la charpente d’acier blanche quasiment terminée. La prochaine grande étape pour ce bâtiment se déroulera à la mi-juillet, avec la mise en place d’un pont roulant métallique de 300 tonnes qui permettra d’installer les éléments du futur groupe turbo-alternateur (1 600 tonnes au total).

Aujourd’hui 1 700 personnes travaillent dans un espace très contraint. Une compacité qui donne la part belle aux mouvements des grues à tour, montées et démontées en fonction de l’avancée des travaux. Elles sont aujourd’hui 17 à couvrir le chantier. « Nous avons installé un système de gestion des interférences des crochets de grues qui nous permet de diriger ce ballet avec précision », précise Philippe Leigné, directeur de l’aménagement de Flamanville 3 pour EDF. Un ballet qui a pour vedette la plus grosse grue d’Europe, une Potain de 90 m de hauteur sous crochet et de 80 m de flèche, mise en place par Bouygues Construction. Montée en deux mois, elle rayonne sur l’ensemble de l’îlot nucléaire et peut soulever des poids de 65 tonnes.

Suite aux visites de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en 2008 au cours desquelles des non-conformités notamment dans le ferraillage et la mise en œuvre du liner d’étanchéité avaient été détectées, EDF affirme avoir mis en place au premier trimestre 2009 des dispositions techniques et organisationnelles qui satisfont l’ASN et permettent d’améliorer la qualité du chantier. Une amélioration de la culture « sûreté » qui passe par la formation, la sensibilisation du personnel, ou encore par le renforcement des contrôles : « Les ferraillages des ouvrages, importants pour la sûreté, sont contrôlés à 100 % avant le coulage », illustre Philippe Leigné.

Les aléas de chantier, notamment le changement de technique du creusement de la galerie de rejet en mer des eaux de refroidissement (voir ci-dessus) ne devraient pas affecter le planning global du chantier, l’objectif de mise en service étant maintenu en 2012.

Maître d’ouvrage : EDF-CNEN.

Maître d’œuvre : EDF.

Entreprises travaux préparatoires : groupement DTP Terrassement (mandataire)-Bouygues TP-Quille.

Génie civil : groupement Bouygues TP (mandataire)-Quille-Baudin Châteauneuf.

Galerie de rejet des eaux en mer : Solétanche-Bachy.

Pôle opérationnel d’exploitation : Bouygues Construction (infrastructure), Eiffage Construction (superstructure).

Chaudière/Réacteur : Areva Turbo alternateur : Alstom ; conduite CRF : Socea Belgique ; tuyauteries Inox : Endel-Boccard.

Coût total : 4 milliards d’euros. Mise en service : en 2012.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Quelques données

500 000 m3L’estimation du volume de béton qui sera mis en œuvre au total sur la durée du chantier. Une centrale de production de béton a d’ailleurs été installée sur le site.

2 400 personnesLa pointe d’effectif maximal, à l’été 2010, lorsque les entreprises d’électromécanique et de génie civil se partageront le chantier.

7 500 000 heures L’estimation du nombre total d’heures qui seront travaillées sur le chantier de l’EPR.

ENCADRE

Un tunnelier pour accélérer les travaux en toute sécurité

Le tunnelier de percement de la galerie de rejet des eaux en mer est arrivé ! A pression de boue et muni d’une tête de 6 m de diamètre, il entrera en action à partir de la 1re quinzaine de juillet, une fois que les 8 éléments qui le composent auront été assemblés. On attend beaucoup de lui, et notamment une très forte productivité qui permettrait de ne pas impacter le planning global du chantier. Car, fin 2008, le chantier de creusement à l’explosif de la partie verticale de la galerie avait été interrompu suite à des problèmes techniques et de sécurité. Si la technique change, le tracé change également ! Initialement la galerie plongeait verticalement à 160 m avant de passer en dessous d’une ancienne mine de fer puis de remonter verticalement à quelques centaines de mètres de la côte pour rejeter les eaux de refroidissement. Le tunnelier, lui, contournera la mine, ne descendant plus qu’à 30 m de profondeur. L’avenant au contrat de Solétanche-Bachy, qui réalise l’ouvrage, est de 40 à 45 millions d’euros.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X