Autres INTERNATIONAL

Genève revisite ses parcs et promenades le long du lac Léman

Mots clés : Conservation du patrimoine

La cité suisse cultive avec soin son image de cité internationale où il fait bon vivre et travailler.

Des atouts principalement attribués au lac Léman, mais aussi aux nombreux parcs et promenades. Afin d’en conforter l’attrait, la ville mène une vaste réflexion sur la rénovation et le développement de son patrimoine végétal.

Le 13 octobre dernier, une journée technique de Plante & Cité Suisse s’est tenue à Genève, sur le thème des promenades urbaines. L’équipe municipale de cette ville cosmopolite – près de la moitié de la population active est d’origine étrangère – ne cesse de renforcer la présence du végétal dans tous ses quartiers et d’améliorer la qualité des parcs et promenades existants. Souvent qualifiée de cité des parcs grâce au patrimoine vert qui représente plus de 20 % de son territoire, Genève a initié dès le siècle la création de promenades plantées. Cette pratique s’est intensifiée jusqu’au début du , à la suite des legs de propriétaires de grands domaines, et par le biais d’opérations de plantation financées par la commune ou par des mécènes privés. Mais, ces dernières années, le constat d’une certaine banalisation des aménagements s’est imposé. L’approche fonctionnaliste trouve ses limites. La mise en place d’une démarche de gestion différenciée entre 2004 et 2007 et l’élaboration d’un plan de fleurissement ont posé les bases d’un renouvellement. Depuis 2006, le pôle arbres du service des espaces verts et de l’environnement (Seve) de la ville a mis à jour l’inventaire des arbres des rues et des parcs avant d’élaborer un plan de gestion du patrimoine arboré, indispensable pour anticiper les travaux d’entretien et de renouvellement.

Avant tout abattage, les propriétaires déposent une demande d’autorisation préalable argumentée, assortie d’un plan de replantation

Les grands parcs d’abord !

À noter que, sur le canton de Genève, tous les arbres, qu’ils soient publics ou privés, sont protégés. Avant tout abattage, les...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 394 du 29/11/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X