Enjeux

Gecina veut rentabiliser ses rez-de-chaussée

Mots clés : Chaussée

La foncière lance des tiers-lieux à Paris pour générer de nouveaux revenus, sans engager trop de travaux.

Gecina ambitionne de rentabiliser les rez-de-chaussée et les sous-sols de ses immeubles. Pour y parvenir, la foncière a choisi d’ouvrir en 2017 des tiers-lieux, qui favorisent les liens entre professionnels. D’environ 500 m² chacun, ils seront tous réservés aux salariés des entreprises locataires de son patrimoine. « Nous développerons des espaces de travail classiques, des salles de réunion et des espaces où l’on peut réseauter », assure Philippe Depoux, directeur général (DG) de la société. Si l’entreprise n’a pas souhaité communiquer sur le prix des abonnements – « le modèle économique n’est pas totalement arrêté », précise le DG -, un contrat signé par une entreprise devrait ouvrir un droit d’accès à tous les tiers-lieux proposés.

Lancée sous forme de test, cette nouvelle offre « a vocation à être développée et ouverte à d’autres que nos locataires si elle fonctionne », glisse Brigitte Cachon, directrice transformation, marketing et RSE. Elle pourrait même être développée dans d’autres immeubles. « Nous avons choisi les premiers bâtiments pour leur localisation centrale et le faible volume de travaux à réaliser », signale Philippe Depoux. Car avant de créer un tiers-lieux, Gecina lance des opérations de mise en accessibilité pour répondre à la législation en vigueur relative aux établissements recevant du public. En outre, la foncière travaille sur les flux d’air et la sécurité de ces espaces privatifs qui s’ouvrent à un plus large public.

Location courte durée . En matière d’innovation, l’entreprise n’en est pas à son coup d’essai, puisque depuis 2015 elle a loué deux espaces de bureaux qu’elle souhaite restructurer en 2017 ou 2018. Le premier plateau (1 300 m à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine) a été confié à la start-up Bureaux à partager (BAP). La jeune pousse a aménagé les espaces, trouvé des locataires (start-up, PME, équipes de grandes entreprises évoluant en mode projet) et anime les lieux en organisant des pitchs, des conférences, etc. « Les travaux à mener avant de pouvoir s’installer varient en fonction de l’état des locaux, indique Clément Alteresco, président de BAP. Nous disposons d’une équipe interne qui réalise les travaux liés à la moquette, aux peintures, au cloisonnement, et qui vérifie l’état des installations électriques. » En outre, Gecina loue de façon temporaire (jusqu’à 2017) 2 000 m des tours Gamma (près de la gare de Lyon, à Paris) à l’incubateur Paris & Co. Chaque fois, « il s’agit d’immeubles qui nous appartiennent, en mutation avec un projet de restructuration prévu pour 2018 ou 2019, indique Philippe Depoux. Mais la location à court terme n’est pas un but en soi. Notre métier reste la mise à disposition des immeubles de bureaux avec des baux classiques, même si l’on voit bien que la durée de ces contrats a tendance à se raccourcir. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

500 m2

500 m2 aménagés pour chaque tiers-lieu.

3 300 m2 de bureaux actuellement loués avec un bail de courte durée.

Contact :Brigitte Cachon, directrice transformation, marketing et RSE, tél. : 01. 40. 40. 50. 50 ; brigittecachon@gecina.fr

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X