Territoires Bordeaux Métropole

Garonne Eiffel s’étale sur la rive droite

Nouvelle étape cet automne pour la plus grande ZAC de la rive droite : sur 126 hectares, Garonne Eiffel va développer neuf quartiers, dont quatre à créer, notamment le Belvédère au débouché du nouveau pont. Porté par l’établissement public Bordeaux Euratlantique, Garonne Eiffel est un projet intercommunal entre Bordeaux et Floirac, face à la gare Saint-Jean. Les quatre quartiers à créer desservis par un nouveau pont (dessiné par Rem Koolhaas) permettront de construire 870 000 m², dont 600 000 m² de logements, 150 000 m² de bureaux, 50 000 m² d’activités, 30 000 m² d’équipements publics, 20 000 m² de commerces et 20 000 m² d’hôtels. Pour Pierre-Alain Trévelo, de l’agence TVK, mandataire de la future ZAC, « l’habitat est au centre du projet avec 7 500 logements pour près de 12 500 habitants. L’ensemble, en rive droite de Garonne, face au Bordeaux historique, représente 22 hectares d’espaces publics sans compter la voirie, qui vont être aménagés dans les vingt ans sur la centaine d’hectares mutables disponibles. »

Réversibilité et flexibilité.

Présents le 15 juillet dernier pour présenter aux habitants les équipes qui aménageront le secteur central du Belvédère, les architectes urbanistes ont rappelé que Garonne Eiffel doit se construire « progressivement, mais aussi avec une réversibilité et une flexibilité possible ». Un thème qu’Alexandre Chemetoff a notamment théorisé, sur les grands aménagements comme l’île de Nantes. Assurant un rôle de liaison, une trame verte reliera une série d’espaces ouverts, du parc des Berges au jardin des Etangs, et aboutira au parc Eiffel dont les plantations s’étendent entre les voies ferrées et les quais de la Garonne. « La densité des logements sera définie en lien avec ce grand paysage plus dense en végétal que la rive gauche. La diversité typologique de l’habitat, les nouvelles fonctions et services urbains seront au cœur du travail des équipes », précise TVK.

La trame verte a également pour enjeu de proposer des solutions face aux nuisances : inondabilité, bruit de la voie ferrée et des échangeurs routiers au cœur du secteur, pollution des sols, qui avaient largement contribué à l’abandon de tout projet urbain jusque-là. Concrètement, les choses avancent vite, sous la houlette de l’établissement public Bordeaux Euratlantique. « Le dossier de création de ZAC est en cours d’approbation. La ZAC devrait voir le jour fin 2016. Sur les autres secteurs de Garonne Eiffel, le premier projet opérationnel est celui du groupe Fayat, qui va déposer son permis pour 10 000 m2 de logements (architectes Brenac et Gonzalez), 10 000 m2 de bureaux, 7 000 m2 d’accession libre et 3 000 m2 de logement en Vefa avec les architectes Leibar et Seigneurin. Les travaux devraient démarrer mi-2016 et être livrés fin 2018 », explique Elise Lusseaud, directrice du projet rive droite à Euratlantique.
Autre secteur attendu : l’extension du parc des Berges, avec les paysagistes Ecoutin et Cribier. Il s’agit du prolongement sur le quai Deschamps du parc aux Angéliques, dont Michel Desvigne a assuré la conception globale et qui s’étend désormais jusqu’au pont Chaban-Delmas. Ce parc des Berges, au sud du pont de pierre, sera inauguré début octobre. « Cet aménagement de 2,1 hectares, avec TVK comme paysagiste, a été réalisé pour 3,4 millions d’euros HT tout compris. Points forts : une pergola de 600 m de long et 35 000 végétaux plantés », précise Elise Lusseaud.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Le Belvédère cherche un aménageur

Au centre, le plus gros morceau est le secteur du Belvédère, 140 000 m2 de droits à construire au débouché du pont routier Saint-Jean, en face de la gare de Bordeaux. Sur ce périmètre, trois équipes ont été retenues : Horizon Belvédère (Vilogia, BPD Marignan, les architectes Brochet-Lajus-Pueyo, Saison Menu, la Nouvelle Agence et Lina Singer) ; la seconde équipe, Villes et projets, réunit Nexity, Altarea Cogedim, Pitch Promotion, Güller Güller Architecture Urbanism (GGAU, Zürich), Hondelatte-Laporte et Gross. Max (paysagistes, Londres). Enfin, la troisième équipe, Cœur battant, réunit Domofrance, Icade, Pichet et Adim, associés aux architectes Bartolo & Villemard, TN Plus paysagistes. Le lauréat sera choisi parmi les trois équipes et présenté au Mipim en mars 2016.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X