Edito Coupe de griffe

Gaffe aux Gafa !

Etes-vous prêts pour la guerre ? Il vaudrait mieux. Car « le monde de demain est imprévisible, ceux qui ne se réveillent pas vont probablement mourir », professait Sébastien Bazin, P-DG d’AccorHotels, lors d’un colloque organisé par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF). Ambiance. Sébastien Bazin sait de quoi il parle. En quelques années, Airbnb s’est hissé au rang de premier hôtelier du monde sans avoir à construire un seul mètre carré d’hébergement.

Cette tendance découle directement de « l’ubérisation » du secteur. L’immobilier dans son ensemble n’y échappera pas. Il y est même déjà enfoncé jusqu’au cou. L’IEIF a donc organisé une journée d’étude le 15 octobre dernier pour réunir les acteurs traditionnels du secteur et plancher sur l’immobilier de demain. L’intention est louable. Grands investisseurs, foncières, asset managers, avocats, économistes… tous ont répondu présent à l’invitation. Mais, comme dans toutes les autres conférences organisées sur cette thématique, les géants de la « Net économie » ont brillé par leur absence. « Si vous connaissez un excellent professionnel sur ces sujets et qui parle le français, nous sommes preneurs », nous répond-on à l’IEIF. Les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) et autres Natu (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber) auraient pu être invités. Ils font bouger les lignes (avec violence) et modifient le système de valeurs. Mais c’est vrai, les membres du top management de ces sociétés sont anglophones.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X