Edito

Gadgets technologiques

L’Internet des objets nous envahit. Dans le bâtiment, on ne compte plus les promoteurs, bailleurs sociaux et autres constructeurs qui bardent désormais leur production de nouvelles technologies. L’automatisation des protections solaires, la gestion des consommations et de la maintenance, l’identification des personnes, la programmation des équipements à distance… ont leurs applications sur votre smartphone relayées par des plates-formes « intelligentes ». Elles nous fascinent par leur capacité à anticiper l’imprévisible autant qu’elles nous rebutent par leur fragilité et, pour nombre d’entre elles, leur complexité d’utilisation. Entre coups de cœur et détestations, elles entrent peu à peu dans nos vies et nous donnent l’illusion d’appartenir à un monde meilleur, plus efficace et plus sûr.
L’objet connecté est à notre ère Internet ce que le tuyau en plastique fut à la Reconstruction : une révolution technologique dans un monde où s’affrontent les modernes – passionnés de performances et de rigueur – et les anciens – nostalgiques d’un habitat passif et bioclimatique. Un monde où Monsieur Arpel, industriel fier de sa maison bardée de gadgets technologiques à l’utilité improbable, affronte Monsieur Hulot, personnage rêveur et bohème, admirablement interprété par Jacques Tati dans son excellent film « Mon Oncle » (1958).
La performance nous obsède. La technologie nous rassure et nous expose aussi davantage. Les faiblesses des réseaux se révèlent au fil d’une actualité qui égrène les dysfonctionnements d’innovations à l’image d’une industrie automobile qui ne maîtrise pas les systèmes anti-intrusion des véhicules qu’elle produit. Les bâtiments bourrés de capteurs communicants sont-ils moins vulnérables ?
Tout comme la domotique des années 1980 qui ne laissait pas le choix à l’habitant de piloter lui-même ses équipements, l’Internet des objets des années 2010 connaît déjà les situations burlesques d’un confort individuel parfois bien illusoire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X