Architecture Technique Prix Pritzker 2015

Frei Otto, l’architecte de la tension Le pionnier des structures tendues a été distingué pour son œuvre, par la Fondation Hyatt, peu avant sa mort.

Mots clés : Prix d'architecture

Du jamais vu dans l’histoire du Pritzker Prize. Depuis sa création en 1979 aux Etats-Unis, ce prix s’est donné pour mission « d’honorer un architecte vivant dont l’œuvre bâtie démontre le talent, la vision et l’engagement ». Or, l’Allemand Frei Otto, le lauréat 2015, est mort le 9 mars à l’âge de 89 ans, avant l’annonce officielle de sa consécration. « Par chance, des représentants du prix ont pu se rendre à son domicile à Warmbronn, près de Stuttgart, et partager avec lui la nouvelle », a précisé Tom Pritzker, président de la Fondation Hyatt qui sponsorise cette récompense d’envergure internationale. Frei Otto leur avait alors répondu : « Vous avez ici un homme heureux. » Le prix, qui devait lui être remis le 15 mai prochain à Miami, sera l’occasion de célébrer la vie et l’œuvre de ce 40e lauréat.

Né le 31 mai 1925, ce fils et petit-fils de sculpteur souhaitait suivre des études d’architecture, mais la Seconde Guerre mondiale l’en empêcha. Il fut capturé en 1945 à Nuremberg et fut prisonnier pendant deux ans dans un camp français situé près de Chartres. Là, il apprit à construire avec le moins de matériaux possibles, ce qui l’influença dans sa carrière de concepteur. Après la guerre, entre 1948 et 1954, il put enfin étudier l’architecture et l’ingénierie civile à l’université technique de Berlin. Déjà, sa thèse de doctorat s’intitulait « La toiture suspendue, forme et structure ».
«En 1964, Frei Otto a fondé l’institut pour les structures légères à l’université de Stuttgart, faisant un usage précoce de la conception assistée par ordinateur pour créer de sensationnelles structures tendues inspirées par la nature (toiles d’araignées, crânes d’oiseaux, bulles de savons, etc.) », rappelle l’architecte britannique Richard Rogers, Pritzker Prize 2007 et membre du jury 2015.

Forces en mouvement

A l’Exposition universelle de 1967 à Montréal (Canada), il couvrit les 8 000 m² du Pavillon de l’Allemagne de l’ouest à l’aide d’une membrane textile opalescente suspendue par des câbles et des mâts métalliques. « Frei Otto a rendu visible les forces en mouvement à l’intérieur de la structure, il a combattu la gravité et célébré la légèreté », a déclaré l’architecte italien Renzo Piano, Pritzker Prize 1998.

L’histoire de l’architecture du XXe siècle retiendra son chef-d’œuvre livré en 1972 à Munich (Allemagne), avec l’architecte Günter Behnisch et l’ingénieur Fritz Leonhardt. Ensemble, ils établirent un record mondial en nappant le parc olympique d’une couverture translucide de 74 800 m² au-dessus des équipements sportifs. Selon l’architecte chinois Yung Ho Chang, né en 1956 et juré du Pritzker 2015, « les architectes d’aujourd’hui sont fascinés par la possibilité de créer des bâtiments légers et des formes curvilignes. Frei Otto est en cela une figure paternelle, un pionnier. »

Retrouvez le portefolio sur l’oeuvre de Frei Otto www.lemoniteur.fr/pritzker

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Frei Otto 1925-2015

31 mai 1925 : naissance à Siegmar (Allemagne).
1954 : doctorat en ingénierie civile à l’université technique de Berlin.
1964 : création de l’institut pour les structures légères à l’université de Stuttgart.
1969 : fondation de l’Atelier Frei Otto Warmbronn, près de Stuttgart.
1972 : toitures du parc olympique de Munich.
9 mars 2015 : décès en Allemagne suivi de l’annonce, le 10, de l’attribution du Pritzker Prize.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X