Territoires Midi-Pyrénées

François Hollande signe un contrat de plan Etat-région de 1,77 milliard

Mots clés : Contrat de projet Etat-région - Gouvernement

C’est à Cahors, dans le Lot, que le président de la République François Hollande a signé le contrat de plan Etat-région (CPER) avec Martin Malvy, président du conseil régional de Midi-Pyrénées. Le contrat porte sur 1,77 milliard d’euros d’engagements sur une période de six ans. L’Etat s’engage à hauteur de 709,1 millions d’euros, la région pour 723,3 millions. Les autres partenaires apporteront 338 millions d’euros. « Ce qui place Midi-Pyrénées au quatrième rang des régions les mieux dotées de France, avec près de 300 millions d’euros par an », précise Martin Malvy. Les axes prioritaires du CPER sont la mobilité durable, l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation. S’y ajoutent les filières d’avenir, l’usine du futur, la transition écologique et énergétique ainsi que les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Modernisation du réseau ferroviaire.

Le volet ferroviaire bénéficie d’une enveloppe de 376,1 millions d’euros. Ainsi, 191,4 millions sont dédiés au Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), malgré l’avis défavorable de la commission d’enquête. Cela servira, notamment, à moderniser la gare de Toulouse-Matabiau dans la perspective de l’arrivée de la LGV, à réaliser des aménagements au nord de Toulouse ainsi qu’une halte ferroviaire à Labège et des travaux à Portet-sur-Garonne et à Muret. Sur l’axe d’Auch (Gers), le CPER prévoit 51,4 millions.

Dans le domaine routier, l’objectif prioritaire est de poursuivre le programme de nouvelles liaisons à 2 x 2 voies entre Toulouse et les villes moyennes régionales. Les partenaires apportent 436 millions d’euros. Parmi les principales opérations : la mise à 2 x 3 voies du périphérique toulousain (48,5 millions) ; des aménagements entre Auch et Toulouse sur la RN 124 (164,5 millions), dont la déviation de Gimont (Gers) ; la déviation de Saint-Béat (Haute-Garonne) sur la RN 125 pour 67,7 millions. Enfin, de nombreux travaux seront engagés sur la RN 88 vers Albi (Tarn) pour plus de 110 millions.
Dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’enveloppe s’élève à 264,3 millions d’euros pour une centaine de projets inscrits : 51 opérations immobilières, 29 équipements scientifiques et 18 projets de logements étudiants. Pour les opérations immobilières, l’accent sera mis sur la rénovation de l’université Toulouse III-Paul Sabatier, les IUT régionaux (Auch, Cahors, Tarbes) et l’école des Mines d’Albi. L’Etat apporte 183 millions à la transition écologique et énergétique, et la région 128 millions. Environ 125 millions iront alimenter le volet numérique pour soutenir le déploiement du haut et très haut débit dans les départements. Le plan Usine du futur dégage 32 millions d’ici à 2017. Enfin, le volet territorial bénéficie de 162 millions. La région va lancer des contrats régionaux uniques, pour une première période triennale.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X