Territoires Pyrénées-Atlantiques

François Bayrou engage le lifting de Pau

Enfin élu à la mairie de Pau (Pyrénées-Atlantiques, 77 500 habitants), après plusieurs tentatives, le président du Mouvement démocrate (Modem) François Bayrou veut redonner son lustre à la cité d’Henri IV. Son avenir se jouera pour l’essentiel sur les grands chantiers. Sur la mandature (2014-2020), la Ville et l’agglomération Pau Porte des Pyrénées (14 communes ; 150 000 habitants), que l’édile béarnais préside, programment 350 millions d’euros d’investissements avec comme projets prioritaires le « bus à haut niveau de service » (BHNS), réalisé sous maîtrise d’ouvrage du syndicat mixte des transports urbains (SMTU), les travaux portant sur l’usine de traitement des eaux, les rénovations des halles et du stade du Hameau, l’aménagement du parc naturel urbain…

Grand sujet de la dernière campagne municipale, le BHNS, qui relie l’hôpital à la gare, est aujourd’hui entré en phase opérationnelle pour un coût de 55 millions d’euros HT. Même chose pour la rénovation des halles de la République, dont le coût est estimé à 18 millions d’euros. L’agence parisienne Ameller, Dubois et Associés est la lauréate du concours qui a mobilisé en première phase 97 candidats. Situé au centre-ville, le complexe composé des halles et d’une tour représente un enjeu urbain évident. Les architectes proposent de créer un portique pour couvrir partiellement la future « terrasse en ville », comme la qualifie François Bayrou, permettant ainsi l’installation d’espaces de restauration extérieurs ou d’animation.

L’activité redémarre.

Dans le même secteur – et parallèlement à la recomposition de la place du Foirail desservie par le BHNS -, la Ville veut transférer le cinéma d’art et d’essai Le Méliès, qui a besoin d’une troisième salle, dans un bâtiment existant. La consultation pour un dialogue compétitif vient d’être lancée, pour une opération estimée à 7 millions d’euros.

Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui admettent que les choses bougent. « Le volume d’activité n’est pas comparable à celui qui existe sur la côte basque. Mais un redémarrage se profile. Après un effondrement des mises en chantier, on va revenir au positif en 2016 », témoigne Patrick Lacarrère, délégué général de la Fédération du bâtiment et des travaux publics des Pyrénées-Atlantiques. Alors que Pau perd des habitants au profit des communes périphériques – 6 500 habitants en moins entre les recensements de 2008 et 2013 -, et connaît un taux de vacances (hors logements sociaux) élevé (entre 19 % et 26 % en centre-ville), la construction a repris, avec 785 logements neufs en préparation d’ici à deux ou trois ans.
Reste à agir sur le parc ancien, qui n’est pas à la hauteur, selon les spécialistes. Le classement, espéré avant juin 2016, du centre ancien en secteur sauvegardé devrait être un outil de revalorisation urbaine, au même titre que le travail engagé pour faire des jardins un fil rouge entre les quartiers et les époques. « Ce sont deux des priorités du plan-guide d’aménagement et de développement de Pau dans son agglomération, réalisé en partenariat avec l’école d’architecture Paris-Malaquais. Voulu pour donner une visibilité d’ici à 2030, il a une double utilité. C’est important pour les investisseurs de voir quelles sont les évolutions quartier par quartier. C’est une base pour le PLUI en cours d’élaboration », estime Jean-Paul Brin, adjoint au maire en charge de l’urbanisme, des travaux et de la coordination générale.
A plus grande échelle, l’attractivité de Pau contribuera à celle du territoire. Pour cela, François Bayrou veut développer le concept de Pays de Béarn à partir d’un pôle métropolitain. L’enjeu est d’en faire un troisième pôle économique entre Bordeaux et Toulouse. Il s’agit aussi de mettre à profit la proximité de cette zone avec l’Espagne. Reste cependant la question de la traversée des Pyrénées avec le dossier en stand-by du tunnel du Somport.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Litige à propos du stade du Hameau

Avec le retour de l’équipe de rugby paloise dans le Top 14, la modernisation du stade du Hameau, un des hauts lieux de ce sport, est plus que jamais d’actualité. Sous maîtrise d’ouvrage de l’agglomération Pau Porte des Pyrénées, le projet, prêt à entrer en chantier (coût prévisionnel 16 millions d’euros HT), attire aujourd’hui l’attention pour d’autres raisons. En août 2015, le conseil régional de l’Ordre des architectes a saisi le tribunal administratif de Pau pour demander l’annulation du marché de maîtrise d’œuvre attribué au cabinet Camborde. « L’agglomération a lancé son appel d’offres en 2015. Dix équipes ont été retenues et elles ont toutes remis une esquisse de projet plus ou moins élaborée. L’appel d’offres s’est transformé en concours non rémunéré, dénonce Eric Wirth, président du conseil régional de l’Ordre des architectes. Nous n’avons rien contre le projet ni contre notre confrère. Si nous n’avions pas réagi, cela aurait été la porte ouverte à d’autres dérives. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X