Régions

Franche-Comté Vesoul cherche sa taille critique

Mots clés : Collectivités locales - Economie mixte - Situation économique

La commune crée de nouvelles zones d’activités et remodèle son centre-ville. Elle s’appuie sur le district.

nVesoul, 20 000 habitants, préfecture de la Haute-Saône, mobilise toutes ses énergies pour grandir. Avec l’aide du district, la ville mise pour les dix ans à venir sur le développement d’activités.

« Nous ne voulons pas devenir la ville dortoir de Besançon, accessible en seulement 30 minutes par la route », souligne Christian Colombet, adjoint chargé du développement économique et de l’urbanisme. D’où le soin tout particulier qui est apporté à l’accueil d’entreprises nouvelles, pour sortir de l’image de la mono-industrie représentée par Peugeot (2 800 salariés). L’entreprise y a implanté son centre logistique mondial des pièces de rechange et éléments détachés.

La plus grosse opération de la municipalité porte sur la création, au nord-ouest, d’une zone industrielle de 50 hectares, baptisée « La Vaugine ». Une ZAC est en cours de constitution.

Les élus du département militent pour l’A35

« Nous ne savons pas encore si nous allons conduire ce projet, estimé à environ 25 millions de francs, en régie ou via une société d’économie mixte », indique Christian Colombet. Presque tout l’avenir économique de Vesoul se situe là. A condition toutefois que le futur barreau autoroutier A35 (Montbéliard-Langres) desserve la ville. Les élus du département toutes tendances politiques confondues militent fortement en ce sens.

La commune vient ainsi de racheter pour 2,3 millions de francs une friche industrielle de 3 600 m2 sur 2,8 ha en vue d’en faire un hôtel d’entreprises. Elle compte également sur l’aménagement de la zone d’activité de « La Motte », située au nord et vouée sur 20 ha à l’artisanat et aux services. Un investissement de 4 millions de francs, étalé jusqu’en 2002.

Un chantier similaire de 2 à 3 millions de francs concernera aussi la zone « Les Rêpes » (12 hectares au nord-est), notamment pour la refonte de la voirie.

Rénovation du centre-ville

Parallèlement, démarre une politique de requalification du centre-ville sur près de 6 ha, avec le lancement d’une procédure de révision du POS. L’étude d’urbanisme, livrée par les cabinets vésuliens Hédoux et Bergeret, prévoit de redéfinir les espaces (chaussées, trottoirs, stationnement), l’éclairage public et le mobilier urbain (fontaines) et de créer une place. Le programme, chiffré à 13 millions de francs, sera réalisé en quatre tranches, avec appel d’offres lancé en avril de chaque année.

Un plan en faveur du logement s’affiche également comme une priorité de la municipalité. Sur les 500 logements à construire (PLA) ou à rénover dans l’agglomération, Vesoul en recensera 200, dont 100 collectifs.

Par ailleurs, dans le cadre de l’opération dite « couleurs », une aide spécifique est octroyée pour les ravalements des façades. Elle s’ajoute à celle accordée dans le cadre des Opah qui ont déjà permis de réhabiliter 225 logements et générés 25 millions de francs de travaux. A plus long terme, la ville projette de créer une salle de rock et réfléchit également à aménager, face à une salle polyvalente, un espace pouvant servir de salle de spectacles, de mini parc des expositions et de marché.

Un parc nautique de plein air

Le district n’est pas non plus en reste pour dynamiser Vesoul et son agglomération. Un parc nautique sur 3 ha va être réalisé près d’un lac, situé à l’ouest sur le territoire des communes de Noidans-lès-Vesoul et Vaivre. Le projet, chiffré à 16 millions de francs, vient d’être confié après concours au cabinet Robert de Busny (Paris). Il intègre des équipements de plein air, dont un bassin de 50 m, une pataugeoire et un petit bassin de 200 m chacun, une zone de détente et des jeux d’eau. La capacité d’accueil est fixée à 3 000 personnes. D’après le calendrier, l’APD sera remis en septembre et les appels d’offres lancés dans la foulée. « Nous commencerons les travaux en fin d’année pour une ouverture impérative au printemps 1998 », note Didier Thériot, directeur des services techniques.

Doublement de la capacité de la station d’épuration

Le district s’engage également dans la mise aux normes et doublement de la capacité de sa station d’épuration (30 000 équivalent-habitants actuellement).

Ce projet, d’un coût d’objectif de 50 millions de francs, aborde la phase des études préliminaires. D’après le calendrier prévisionnel, une consultation de cabinets spécialisés pourrait être lancée dans le courant de l’année prochaine.

Un dernier chantier, l’extension de 2 000 m2 de la caserne des pompiers (centre de secours principal) va commencer très prochainement. Le cabinet de maîtrise d’oeuvre, Malcottie de Luxueil, conduira cette opération de 10 millions de francs.

L’intervention du district à travers ses projets d’équipements publics, illustrent, assure Alain Joyandet : « La primauté de l’intercommunalité comme moteur d’une agglomération dont le centre fait 20 000 habitants. » Et la prochaine étape pour le maire et président du district, consistera à doter celui ci d’un service de développement économique.

Vesoul : 20 000 habitants.

Budget : 140 millions de francs.

District de Vesoul : 33 000 habitants, 12 communes.

Budget : 61 millions.

PHOTO : Projet chiffré à 16 millions de francs, le parc nautique sera réalisé sur 3 ha, près du lac situé à l’ouest, sur le territoire des communes de Noidans-lès-Vesoul et Vaivre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

ENTRETIEN ALAIN JOYANDET « L'A35 est vitale pour tout notre bassin » Le maire de Vesoul et président du district mise sur l'arrivée de l'autoroute.

Quels difficultés majeures rencontre Vesoul pour son développement ?

alain joyandet. Les difficultés des villes de 20 000 habitants qui doivent offrir les mêmes services en se dotant des mêmes équipements que les grandes villes. Là ou le bât blesse, c’est que le budget d’investissement se monte chez nous seulement à 35 millions de francs par an. En résumé, nous rencontrons des problèmes de même nature sans avoir les mêmes moyens pour les résoudre. Alors le maire et son équipe doivent être tout à la fois des comptables scrupuleux et des VRP. Je veux dire par là qu’il faut avoir une stratégie de développement à moyen et long termes mais ne jamais négliger la gestion du quotidien. Associer les deux n’est pas toujours facile.

Comment imaginez-vous la ville et son agglomération dans les dix ans ?

Si nous pouvons réaliser tous nos projets, Vesoul et son district seront plus dense économiquement, donc démographiquement. Mais pour cela, il faut que la future autoroute A35 (Langres-Montbéliard) nous desserve. Car parallèlement et en partenariat avec l’Etat, le département et la région, nous améliorerons la desserte nord-sud en aménageant à quatre voies la RN57 (Epinal-Besançon). L’arrivée de l’autoroute est vraiment vitale pour tout notre bassin. Avec cette carte dans nos mains, la recherche d’investisseurs deviendra bien plus facile. Tous les élus l’ont compris et se mobilisent en ce sens.

Quels outils de développement privilégiez-vous ?

Un travail plus étroit entre collectivités locales s’avère vraiment nécessaire. Je souhaite donc développer les compétences du district, comme tout récemment en lui déléguant la collecte des ordures ménagères et la promotion touristique. J’envisage également de le doter d’un véritable service chargé du développement économique. Ce sera long, car je veux un véritable consensus des élus qui commencent petit à petit à comprendre comment se servir au mieux d’une structure intercommunale.

PHOTO

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X