Chantier

Frais de chauffage individualisés : une opération rentable

Mots clés : Chauffage - froid - Gestion de l'entreprise - Gestion immobilière

Obligatoire au 31 mars 2017, la facturation au réel des frais de chauffage collectif est censée réduire la dépense énergétique des copropriétés. L’équipement installé en 2011 à la résidence Les Sources, à Reims, tend à le prouver.

Contexte Une obligation légale adoptée par les copropriétaires

La répartition des frais de chauffage selon la consommation individuelle des occupants a-t-elle réellement un sens ? La question est souvent posée par les détracteurs des répartiteurs individuels de chaleur dans les immeubles en copropriété dotés d’un chauffage collectif. Ceux-ci estiment le coût du système – gestion et relève des consommations incluses – disproportionné par rapport aux économies générées. Le syndic et les copropriétaires de la résidence Les Sources, à Reims (Marne), semblent leur donner tort. Construite en 1964 en poteaux-poutres béton avec toiture-terrasse, cette résidence regroupe 86 appartements dans deux bâtiments : un R+4 en bande doté de trois halls (36 logements F4 et F5) et une tour de 14 étages (F4 uniquement). L’ensemble est équipé d’une chaufferie collective au gaz rénovée en 2010, avec un chauffage par radiateurs à eau en tôle acier.
La pose de répartiteurs est adoptée en mai 2011 par la majorité des copropriétaires réunis en assemblée générale. Trois arguments les motivent. L’obligation légale tout d’abord, issue de la loi n° 2010-788 (Grenelle 2) et de l’ordonnance n° 2011-504 qui imposent une telle installation au plus tard le 31 mars 2017. La performance énergétique ensuite, puisqu’un audit réalisé début 2011 préconise la pose de robinets thermostatiques et de répartiteurs....

Vous lisez un article de la revue CTB n° 347 du 23/12/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X