Management et prévention

Formation Un cursus d’ingénieur de l’eau par apprentissage

Quinze ingénieurs inaugurent la première promotion par apprentissage lancée par l’Ecole nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg (Engees), en partenariat avec le Centre de formation d’apprentis des CCI d’Alsace : « A terme, l’apprentissage devrait accueillir jusqu’à 50 ou 60 élèves par promotion », estime Claude Bernhard, directeur de l’Engees. Issus de toute la France et engagés pour la plupart dans des poursuites d’études post bac 2, les étudiants ont souvent construit leur projet avec des entreprises. Outre les majors français de l’eau, plusieurs bureaux d’études et grandes collectivités se préparent à les encadrer. « Il manque encore des entreprises de travaux », reconnaît Claude Bernhard. Le profil majoritairement technique et masculin distingue la nouvelle filière d’apprentis, alors que la mixité caractérise les promotions par la voie scolaire, grâce aux 40 % d’étudiants issus d’universités de biologie, parmi lesquels figurent plus de 80 % de femmes. En 2010, l’apprentissage s’ouvrira à quatre élèves issus de la préparation aux grandes écoles.

Financeur du poste de chargé de projet apprentissage (1) depuis le début 2008 à l’Engees, le conseil régional marque un point dans le comblement du déficit alsacien en formation d’ingénieurs. Cette étape pourrait en appeler d’autres : « Nous aimerions pouvoir profiter de notre bassin d’emploi transfrontalier, mais cette idée se heurte encore à des barrières réglementaires », regrette Claude Bernhard.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Céline Adnet, chargée de projet apprentissage ; 03.88.24.82.33. ; cline.adnet@engees.u-strasbg.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X