Management et prévention

formation SBTPC intègre des femmes sur ses chantiers

Mots clés : Apprentissages - Formation continue - Hygiène et sécurité du travail

Sur 130 candidates au départ, une dizaine est arrivée au bout de l’opération d’intégration de femmes sur les chantiers lancée par la Société bourbonnaise de travaux publics et de construction (SBTPC), filiale du groupe Vinci. Lancée au printemps dernier, cette démarche repose sur la mise en place d’un passeport pour l’emploi. Le principe : faire venir et former une quinzaine de candidates, novices dans le BTP, aux métiers de coffreurs bancheurs finisseurs, avec à la clé une embauche. « Dans notre secteur, les femmes occupent essentiellement des postes administratifs, pointe Roger Georges, directeur général de SBTPC. Sur 800 collaborateurs présents sur les chantiers, nous comptons seulement une femme. Or, les évolutions en matière de réduction de la pénibilité permettent aux femmes d’être davantage présentes sur le terrain. Nous souhaitons donc leur faire découvrir nos métiers. »

Un accueil soigné

Agées de 18 à 42 ans, les quinze candidates sélectionnées en partenariat avec le pôle emploi ont suivi plusieurs semaines de formation auprès de l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) de La Réunion. Rémunérées dès le premier jour, elles sont passées de la théorie à la pratique dans le cadre de stages en entreprise. Pascal Thillerot, directeur administratif et financier de la SBTPC, se félicite du premier bilan de cette opération : « Neuf candidates se disent enchantées de cette expérience et comptent rester dans nos métiers. »

Pour faciliter leur intégration, l’entreprise a conduit une longue campagne de communication auprès de ses collaborateurs masculins. Des vestiaires et sanitaires dédiés à la mise en place d’une cellule d’assistance sociale en passant par l’organisation de la garde des enfants, l’entreprise a soigné leur accueil. « Nous espérons que cette opération permettra de promouvoir nos métiers auprès des femmes, de sorte qu’à l’avenir les candidates se tournent d’elles-mêmes vers notre secteur », projette Roger Georges. Le dirigeant prévoit déjà de renouveler l’opération avec un public mixte cette fois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X