Management et prévention

Formation Lancement d’un cursus inédit d’opérateur en sciage béton

Mots clés : Apprentissages - Béton - Formation continue

A partir d’octobre prochain et jusqu’en juillet 2010, une douzaine de stagiaires devraient suivre une formation inédite en France, « opérateur en sciage béton ». « Il existe une école en Suisse. Ici, ce sont deux chefs d’entreprise qui, regrettant que la seule formation possible soit celle sur le tas, ont initié ce cursus. Nous avons donc étudié ce secteur d’activité et nous avons été agréablement surpris, car il y a vraiment beaucoup de travail dans ce domaine », relate David Quentric, chargé de développement au sein de la fédération finistérienne du bâtiment.

Organisé avec le Greta de Brest-Landerneau, ce cursus comprend 490 heures de formation sur le rythme de deux semaines en centre et de quatre semaines en entreprise. Au programme, les gestes techniques et notamment ceux liés à la sécurité, aux outils et leur entretien, aux matériaux de construction mais aussi de la lecture de plans. « Pour qu’un opérateur soit performant, il doit être autonome et bien préparer son chantier en identifiant les supports et en visualisant bien les réseaux », souligne David Quentric.

Une formation professionnalisante

Destinée prioritairement aux entreprises du Grand Ouest, cette formation est néanmoins ouverte à celles implantées dans d’autres régions. « Nous ciblons aussi bien les demandeurs d’emploi que les salariés d’entreprise. L’enquête réalisée montre qu’outre les entreprises de démolition et celles totalement spécialisées dans le sciage, les sociétés de gros œuvre peuvent avoir un poste sciage », poursuit-il.

Eligible au contrat de professionnalisation, cette formation bénéficie d’une prise en charge, par les Opca (organismes paritaires collecteurs agréés), de l’ordre de 15 euros par heure. « Le coût pédagogique étant d’environ 11 euros ; cela laisse une petite marge pour les repas et les déplacements. Dans ce sens, hormis le salaire, c’est une opération qui n’est pas onéreuse pour l’entreprise », conclut David Quentric.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X