Edito

Foisonnement mémoriel

Ce 11 novembre, au mémorial Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais), le président François Hollande inaugure un aménagement emblématique d’un acquis démocratique : avant 1914, les tombes individuelles des soldats morts au combat n’existaient pas. « Abandonner cette voie, c’est ouvrir la porte à Hiroshima ou à Auschwitz », analyse Serge Barcellini, secrétaire général de l’association Paysages et sites de mémoire de la Grande...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 374 du 10/11/2014
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X