Solution technique

Fluides frigorigènes Une période de transition

Mots clés : Air

La réglementation sur les gaz fluorés organise la raréfaction des HFC (R410A, R134a et R407C) sur le marché en fonction de leur contribution à l’effet de serre. Après l’interdiction des CFC puis des HCFC, une nouvelle période de transition vers d’autres fluides s’annonce. Il existe des solutions. Le HFC R32 et les HFO, purs ou en mélange, font aujourd’hui figure d’outsiders.

Les fluides frigorigènes sont des substances utilisées dans les systèmes de refroidissement (réfrigération et climatisation) en raison de leurs propriétés thermodynamiques. Ils ont pour particularité, quand ils changent d’état physique (liquide à vapeur), d’absorber de la chaleur. Ils peuvent ainsi être exploités dans un cycle de compression et de détente pour produire du froid ou du chaud. Les fluides frigorigènes sont choisis en fonction de leur température d’évaporation (généralement plutôt basse), des pressions liées au changement d’état physique (basses lors de l’évaporation, hautes lors de la condensation), et surtout de la quantité d’énergie qu’ils peuvent absorber. Il en résulte des fluides frigorigènes plus ou moins performants selon les applications. Les équipements de réfrigération et de climatisation sont développés autour de ces fluides : compresseurs, échangeurs, organes et carte électronique… jusqu’à l’huile de lubrification qui doit être compatible et présenter le bon taux de miscibilité à l’état liquide.

Il existe plusieurs familles de fluides frigorigènes, qui diffèrent par leur composition chimique. Les chlorofluorocarbures (CFC) et les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) sont des gaz chlorés qui appauvrissent la couche d’ozone et sont de puissants gaz à effet de serre. Ils sont réglementés par le protocole de Montréal, ratifié le 16 septembre 1987. Les CFC (Fréon 12 notamment) sont déjà de l’histoire ancienne. Quant aux HCFC (R22 pour le plus connu), ils sont interdits de mise sur le marché depuis le 1er janvier 2015 (règlement n° 1005/2009/CE du 14 septembre 2009). Cette mesure concerne les fluides vierges ou recyclés (c’est-à-dire régénérés à des fins de maintenance et d’entretien des équipements). Il reste bien sûr encore des équipements au R22 en fonctionnement, mais il n’est plus possible d’intervenir sur le circuit frigorifique. Si la machine tombe en panne, le fluide doit être récupéré et détruit.
Les fluides frigorigènes les plus employés actuellement dans le bâtiment (systèmes de climatisation et pompes à chaleur) sont les HFC (hydrofluorocarbures), qui, au contraire des CFC et HCFC, ne contiennent pas de chlore. Ils n’ont aucun effet sur la couche d’ozone mais contribuent par contre à l’effet de serre et sont de fait réglementés par le protocole de Kyoto, ratifié le 11 décembre 1997. Cette problématique est à l’origine des réglementations européennes actuelles (F-Gaz puis désormais F-Gaz 2), qui visent à limiter les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

Une nouvelle réglementation contraignante

Le nouveau règlement européen F-Gaz (n° 517/2014, dit F-Gaz 2, publié au Journal officiel de l’Union européenne le 20 mai 2014) est entré en vigueur le 1er janvier 2015 et vient d’être retranscrit dans le droit français par le décret n° 2015-1790 du 28 décembre 2015. Des arrêtés (cinq sont prévus) devraient être publiés en sus (au plus tard au second trimestre 2016)....

Vous lisez un article de la revue CTB n° 348 du 12/02/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X