Actualité

Financement du Lyon-Turin : les Italiens très optimistes

Dans la mesure où la conférence ministérielle franco-italienne, qui devait avoir lieu le 10 mars, a été reportée après les élections régionales, la question du financement de la liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin ne sera pas discutée avant mai. Ce qui n’empêche pas les Italiens de déclarer, par la voix de leur ministre des Infrastructures, Pietro Lunardi, que l’obstacle financier (12 milliards d’euros) est levé : la Banque européenne d’investissement (BEI) accorderait un prêt à hauteur de 55 % du coût total et l’Union européenne une subvention pour 20 %. Le solde (3 milliards) étant pris en charge par les deux pays concernés. Les décisions semblent pourtant loin d’être prises, la BEI estimant pour sa part qu’il ne s’agit là « que d’une déclaration ministérielle ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X