Territoires Ain

Ferney-Genève Innovation, projet urbain transfrontalier

Mots clés : Innovations

Proche de l’aéroport de Genève, la ZAC Ferney-Voltaire Innovation est entrée dans une nouvelle phase avec la clôture de l’enquête publique unique. La déclaration d’utilité publique de l’opération (DUP), attendue à l’été, sera le démarrage opérationnel du quartier mixte. Une opération qui découle du projet d’agglomération franco-genevois acté en 2007, devenu Grand Genève en 2012, qui prévoit d’accueillir plus de 200 000 habitants dont 100 000 sur le canton de Genève et de créer 100 000 emplois dont 30 000 côté français. Aussi, sur les 65 ha de cette ZAC implantée à Ferney-Voltaire en Pays de Gex (Ain), seront construits 412 000 m2 de surface de plancher dont 200 000 m2 de logements (2 500 logements dont 30 % sociaux), 195 000 m2 de tertiaire, commerces et artisanat, le reste servant à des équipements publics (écoles, crèche, gymnase et parking mutualisé).

Porté par la SPL Territoire d’innovation, ce projet urbain transfrontalier conçu par David Mangin (Seura Architectes, mandataire) occupera les secteurs de Paimbœuf, La Poterie et, dans un deuxième temps, celui de Très-la-Grange. Les premiers travaux de viabilisation devraient démarrer au second semestre 2016. « Un premier lot de 15 000 m2 de bureaux-hôtel a été attribué au promoteur CFA et deux lots de logements de 15 000 m2 au total ont été attribués à Bouygues Immobilier et Ardissa Immobilier », indique Gilles Bouvard, directeur opérationnel. Les permis de construire de ces opérations devraient être déposés une fois la DUP actée pour un démarrage des travaux en 2017.

Label suisse Minergie visé.

Cette opération d’aménagement porte des ambitions environnementales fortes en visant le label d’efficacité énergétique suisse Minergie. Aussi la ZAC sera alimentée par un réseau de chaleur innovant par géothermie avec récupération et stockage de chaleur dans le sol. « La chaleur produite par les activités économiques sera stockée dans des sondes à 250 m de profondeur, et redistribuée pour chauffer les logements et les équipements quand ils en auront besoin », explique le directeur opérationnel du projet. Un système de gestion des eaux pluviales est à l’étude. Budget de l’opération, qui s’achèvera en 2030 : 200 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X