Autres

Fayat Bâtiment pose les jalons de sa croissance

Mots clés : Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières - Industriels du BTP

Réorganisation, accélération sur l’immobilier et les grands chantiers… Le quatrième acteur du secteur livre sa stratégie.

Dans une conjoncture déprimée, rares sont les entreprises de bâtiment qui réussissent à tirer leur épingle du jeu. Fayat Bâtiment est de celles-là. La filiale du groupe familial, créée en 2012 pour donner de l’envergure et de la visibilité à une activité dont l’ambition était devenue nationale avec le rachat de Cari début 2010, est ainsi passée de 550 à 660 millions d’euros de chiffre d’affaires entre 2013 et 2015. Et le quatrième acteur hexagonal du secteur ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Nous visons les 700 millions d’euros en 2016 », affirme Eric Ferrari, président de Fayat Bâtiment depuis sa création. Pour alimenter cette croissance, le président compte développer encore les grands projets – les opérations de plus de 50 millions d’euros -, qui représentent déjà 25 % de l’activité. Citons les opérations clés en main de la Gare du Sud à Nice (65 millions d’euros), du Palais des sports/Arena du Pays d’Aix (50 millions), ou du complexe hospitalier de Melun (150 millions). Tous ont la particularité d’être réalisés en conception-construction. Un mode de dévolution qu’Eric Ferrari affectionne particulièrement, notamment sur le marché des hôpitaux, dont Fayat Bâtiment est un leader national (dix contrats majeurs signés depuis 2010). Quoi de mieux en effet que ces contrats globaux pour exprimer sa valeur ajoutée, dès l’amont, en termes de capacités d’ingénierie – Fayat Bâtiment s’appuie sur une direction technique comptant 35 ingénieurs – et de pilotage global des opérations ?

L’entreprise investit dans la formation.

Pour assurer et maîtriser sa croissance à l’horizon de 2020, Fayat Bâtiment va s’appuyer sur deux autres axes, complémentaires. Le premier consiste à repenser l’organisation pour mieux piloter la « fédération de PME » qu’est Fayat Bâtiment. L’entreprise est ainsi, désormais, découpée en trois pôles régionaux : Nord, Sud, et Sud-Ouest. Eric Ferrari a confié la direction des deux premiers aux expérimentés François Jullemier et Philippe Avinent, qu’il est récemment allé chercher chez Eiffage et Vinci, et pilotera en direct le pôle historique du Sud-Ouest. Pour donner du muscle à cette nouvelle organisation, le président investit dans la formation. C’est ainsi que sera créé dans les prochaines semaines le campus Fayat Bâtiment. Celui-ci accueillera dans un premier temps les collaborateurs « destinés à conduire les grands projets », précise Eric Ferrari. Mais le campus évoluera ensuite « vers la formation des jeunes à fort potentiel », appelés à prendre les rênes des filiales.

Le second axe stratégique de Fayat Bâtiment passe par la recherche de relais de croissance. Eric Ferrari veut notamment accélérer dans l’immobilier. « Nous avons vocation à devenir un constructeur/promoteur », confie le président, qui se donne pour priorité la vente en bloc de logements gérés et les Vefa de logements sociaux. Il mise aussi sur les marchés prometteurs de la réhabilitation, notamment énergétique, et la restauration du patrimoine. Il veut, enfin, relever le défi du Grand Paris, dont il estime que le potentiel pour le secteur du bâtiment devrait se révéler à partir de 2018.
Reste la question de l’international. « Nous ne nous interdisons pas d’aller explorer d’autres territoires, mais ça n’est pas une obsession, et nous ne le ferons que si des opportunités se présentent dans des zones où le groupe a déjà planté quelques drapeaux et dispose de relais forts », conclut Eric Ferrari.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

700 millions d’euros : CA attendu en 2016.
8 500 logements actuellement construits par Fayat Bâtiment

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X