Concevoir & installer

Facturation sur mesure avec la régulation

Descriptif : construction de trois résidences étudiantes abritant 76 studios • fin des travaux : janvier 2008 • Durée : 8 mois • Coût : 3,5 millions d’€ pour la première tranche • spécificité : régulation Lon, paramétrable.

L’Institut agronomique méditerranéen de Montpellier (IAMM) est réputé et accueille des étudiants de différents pays, notamment du pourtour de la Méditerranée. Une majorité des étudiants autofinance ses études et doit se loger à moindre coût, avec un budget maîtrisé. Une contrainte que l’université a souhaité prendre en compte dans le cadre de la réalisation de trois bâtiments neufs énergétiquement performants, qui comportent 76 studios d’environ 34 m2 chacun. L’esprit : minimiser les consommations énergétiques, tout en assurant un bon niveau de confort et, surtout, en étant capable d’affecter à chacun le coût réel de sa consommation d’eau, de chauffage et d’électricité. Un cahier des charges qui s’est traduit par une régulation et un comptage individuels des consommations d’électricité, d’eau et de chauffage.

Inspiré des cibles HQE, sans pour autant en adopter complètement la démarche, le bâtiment a dès le départ été conçu dans un souci d’efficacité énergétique. « Dès le concours d’architecture, nous avons vérifié par des simulations thermodynamiques une pléiade de configurations à partir de toutes les données : les matériaux, leurs épaisseurs, la ventilation, etc. », explique l’architecte Richard Teissier. Les orientations optimisées, les ponts thermiques traités… Le bâtiment utilise de nombreuses recettes permettant de limiter les consommations : un séjour traversant, des salles de bains éclairées naturellement, de l’eau chaude sanitaire solaire, une surventilation de nuit pour assurer le confort d’été. Il joue sur les matériaux et leur inertie comme la pierre massive, la brique monomur et le pisé traditionnel sur certaines façades.

48 m2 de capteurs solaires thermiques

Du côté de l’eau chaude sanitaire (ECS), l’installation produit de l’eau chaude solaire sur le principe d’une installation centralisée, avec distribution par boucle de circulation. Elle comprend 48 m2 de capteurs solaires thermiques situés en terrasse, « juste la surface...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 156 du 01/11/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X