Autres

« Exportons en Europe notre démarche d’amélioration de la qualité »

Mots clés : Démarche qualité

Le nouveau président de l’Agence Qualité Construction, Laurent Peinaud, veut ouvrir plus largement encore l’AQC.

Le 16 juin, le conseil d’administration de l’Agence Qualité Construction (AQC) a élu Laurent Peinaud à la présidence de cette institution pour trois ans. Cet ingénieur de Socotec succède à Jacques Jessenne, en fonction depuis sept ans. Rappelons que l’agence a pour mission d’intérêt général de contribuer à la prévention des désordres et à l’amélioration de la qualité de la construction. Son nouveau président présente ici ses ambitions pour l’institution.

Comment allez-vous valoriser votre expérience du contrôle technique à l’AQC ?

A la présidence du Consortium for European Building Control (CEBC), j’ai pu mesurer la réputation au niveau européen de l’AQC. Sa démarche d’amélioration de la qualité et de management des risques dans la construction est une spécificité française que nous envient nos voisins. Je vais m’employer à élargir à l’Europe ce concept. Il n’est pas question de transposer tel quel notre dispositif d’observation des désordres, qui repose sur les informations fournies par les experts construction désignés par les assurances décennales. D’autres modes de collecte de l’information sont possibles, comme ce système de déclaration sur un site Internet mis en place en Grande-Bretagne mais encore peu exploité. L’AQC est prête à partager son expérience et ses méthodes de traitement des données. Des opérations pilotes pourraient être lancées courant 2017.

Comment envisagez-vous les relations de l’AQC avec les différentes parties prenantes de la construction ?

L’AQC est exemplaire par son travail collaboratif avec tous les acteurs de la construction. Cependant, j’aimerais que nous nous tournions davantage vers le consommateur final pour lui redonner confiance dans les professionnels du bâtiment. Ces derniers ont vite progressé pour réaliser des bâtiments aujourd’hui très performants. Les consommateurs n’évoluent pas au même rythme. Ils ont pourtant aussi une part à jouer dans le résultat final, par exemple en termes de performance énergétique. L’AQC doit montrer au grand public que les professionnels s’emparent des moyens mis à leur disposition pour renforcer leurs compétences, notamment dans le cadre du Programme d’action pour la qualité de la construction et la transition énergétique (Pacte) dont nous assurons le secrétariat technique.

Quels seront les prochains défis à relever ?

0utre l’observation des désordres, que nous maîtrisons bien, nous devons développer la prévention par anticipation pour répondre à la demande des assureurs. L’AQC a lancé le dispositif « REX Bâtiments performants » pour identifier les pathologies émergentes liées à la mise en œuvre de produits innovants pour atteindre une meilleure performance énergétique ou environnementale. Celui-ci permet d’identifier les non-qualités qui pourraient impacter les performances prévues et empêcher l’atteinte d’objectifs calculés. Créé en 2009, le dispositif est, en 2016, déployé sur tout le territoire national y compris l’outre-mer. Il nous faut aussi progresser dans l’analyse « signaux faibles » pour encore perfectionner nos méthodes de management du risque.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une carrière dans le contrôle technique

Laurent Peinaud, ingénieur ESTP de 56 ans, a fait sa carrière dans le contrôle technique chez Socotec et est aujourd’hui responsable du système de management et des relations avec la profession au sein de Socotec Holding. Il assure la présidence de la délégation construction de la Coprec (l’organisation professionnelle qui fédère les organismes de prévention, d’inspection et de contrôle tierce partie indépendante). Il est, par ailleurs, membre du Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE) ainsi que du comité de section du Cofrac (Comité français d’accréditation). Enfin, il est, depuis octobre 2015, le président du Consortium for European Building Control (CEBC).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X