Territoires Meurthe-et-Moselle

Excellence constructive aux lycées de Pont-à-Mousson

Mots clés : Education - ERP sans hébergement - Ouvrage d'art

Challenge architectural, technique et organisationnel, la reconstruction-extension de deux lycées à Pont-à-Mousson est entrée sans accroc dans sa troisième phase. Commencé à la fin 2011 dans le cadre d’un partenariat public-privé associant le groupe Bouygues au conseil régional de Lorraine, le projet repose sur deux chantiers menés simultanément en site occupé pour déconstruire le lycée Jean-Hanzelet, reconstruit sur 15 560 m2, et reconfigurer le lycée Jacques-Marquette sur 16 560 m2. Ils s’élèvent à 78 millions d’euros HT, dont 62 millions d’euros pour les bâtiments. Situés à 400 m de distance de part et d’autre de l’abbaye des Prémontrés, fleuron de la ville datant du XVIIIe siècle, les deux établissements s’inscrivent dans un site classé aux Monuments historiques. Le cabinet parisien Jard-Brychcy Architecture s’est appuyé sur les fouilles minutieuses de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) pour préserver la cohérence de l’espace qui abrita, en 1572, la première université de Lorraine.

« Durant ces quarante-quatre mois de chantier, nous avons donné la priorité à la satisfaction de notre client et des utilisateurs, témoigne Mutlu Ozturk, responsable projet à Bouygues Bâtiment nord-est (ex-Pertuy Construction). Pour mettre en œuvre ce programme défini voici trois ans, nous avons instauré des échanges très fréquents avec le personnel des lycées, tant pour bien définir leurs besoins que pour éviter les nuisances sonores pendant les épreuves du bac. »

Objectifs ambitieux sur l’insertion et la pédagogie.

Pour permettre la continuité des cours, l’entreprise a implanté 300 bungalows qui ont accueilli durant deux ans les 1 400 élèves de Hanzelet et leurs 840 condisciples de Marquette dans une sorte de lycée provisoire et mouvant. Les blocs en béton juxtaposables de 15 m2 ont d’abord été posés à 1,45 m de hauteur au pied du lycée Hanzelet pour placer les élèves hors de portée des crues centennales de la Moselle toute proche, puis une centaine d’entre eux ont été déplacés au pied du lycée Marquette. La maintenance des réseaux des fluides – dont l’informatique – mobilise deux conducteurs de travaux et quatre corps d’état.

Le chantier, qui prévoyait initialement 32 000 heures d’insertion, a largement dépassé ses engagements contractuels avec 41 088 heures comptabilisées à la fin mai. La cinquantaine de prestataires régionaux présents sur le site ont adhéré au dispositif instauré par le conseil régional et ID’ées Intérim pour intégrer des stagiaires. Dix apprentis du CFA Bâtiment de Pont-à-Mousson ont décroché des contrats de professionnalisation. Le chantier a également mis en œuvre des travaux pratiques grandeur nature pour les élèves du pôle technique du lycée Hanzelet. L’effort pédagogique s’est poursuivi auprès des sous-traitants : 10 d’entre eux ont été intégrés au dispositif Qualité Sécurité Environnement (QSE) dans un souci d’information et de partage des compétences.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X