Territoires

Eurométropole Les Prairies du Canal en chantier à Illkirch

Mots clés : Transport fluvial

L’herbe n’est pas seule à pousser sur les Prairies du Canal, entre le canal du Rhône au Rhin et la rue Le Corbusier à Illkirch. Les grues entrent elles aussi en action en cette fin d’été pour le projet d’urbanisation majeur du sud de l’agglomération strasbourgeoise : 1 250 logements sont prévus à terme sur le site aménagé par la Sers (Société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg). Titulaires des premiers permis de construire, Spiral, Alcys (avec le bailleur Habitat de l’Ill) et Altexia sifflent le coup d’envoi d’une première tranche de 600 habitations, sociales pour un tiers (en locatif ou en accession), avec les cabinets d’architectes Bik, K & Plus, Ixo, Urban Act, TOA et Rey-Lucquet.

Cette phase de lancement sera complétée des lots de quatre autres promoteurs privés (Edifipierre, Topaze, Pierres & Territoires de France, Perspective), d’Habitat de l’Ill et de l’Arahm (Association régionale « L’aide aux handicapés moteurs »). Le dépôt des permis a déjà eu lieu ou est attendu début 2017, selon les cas.

Promoteurs associés en amont.

Fidèle à ses principes, la Sers a fait le choix d’un découpage en un nombre important de lots – 17 pour les 40 000 m2 SDP de la première tranche – afin de permettre au maximum de promoteurs et de maîtres d’œuvre locaux de s’exprimer. L’équilibre entre la diversité des acteurs et la cohérence d’ensemble provient de l’association très en amont des promoteurs : ils ont été conviés à contribuer à la rédaction du plan-masse de l’équipe de l’Agence TER, « à un stade où ils étaient pressentis mais pas encore désignés », relève Eric Fullenwarth, directeur général de la Sers.

Dans un premier temps, les Prairies du Canal seront chauffées au gaz par RCUA (Réseaux de chaleur urbains d’Alsace), la société commune à Réseau GDS et EBM Thermique, dans l’attente de leur raccordement au futur puits de géothermie d’Illkirch. Pour la principale ville de la couronne sud de Strasbourg, cette opération préfigure une série d’extensions mais aussi de renouvellements urbains : en centre-ville, le déménagement de l’usine Huron, dans un peu plus d’un an, va libérer 2 hectares à proximité du terminus du tramway.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X