Territoires

Eurométropole La raffinerie de Reichstett prépare son avenir

Brownfields déposera courant octobre le permis d’aménager relatif à la reconversion de l’ancienne raffinerie de Reichstett. Trois éléments ont décidé le propriétaire depuis un an de la friche (hors le dépôt pétrolier) à donner un coup d’accélérateur à son projet. Une convention avec l’Ademe, le 8 septembre dernier, lui attribue 3 millions d’euros de subventions d’Etat pour la mise en sécurité du site. Les accords signés avec l’Eurométropole de Strasbourg concrétisent le cadre d’action fixé l’automne dernier avec cette collectivité, la région Alsace et le département du Bas-Rhin. Enfin, « le début de la commercialisation se traduit par de nombreuses marques d’intérêt pour des implantations sur le site », relate Patrick Viterbo, président de Brownfields. Spécialiste de la transformation de très grandes friches industrielles, la société française vise pour début 2017 la mise à disposition des premières parcelles.

Brownfields conserve 80 des 450 ha afin d’y créer des locaux d’activités, en vente ou en location, sur des surfaces foncières unitaires de 0,2 à 20 ha. Revendu progressivement aux collectivités, le solde du site se répartit entre une zone naturelle et une réserve foncière de 140 ha destinée à l’accueil potentiel de grands projets économiques.
Brownfields compte engager début 2016 les opérations de démolition, désamiantage et dépollution chiffrées à 30 millions d’euros, avant d’enchaîner avec les travaux d’aménagement d’environ 10 millions d’euros. L’opérateur s’entoure d’un assistant à maîtrise d’ouvrage local, Avalone, de l’urbaniste Verdier-Tappia (Nancy) et des bureaux d’études Serue (VRD) et Envireausol (environnement).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X