Enjeux « Le Grand Paris, c'est là où il faut être »

Etienne Guyot, DG de la CCI Paris Ile-de-France, a une priorité : aider les PME à accéder aux marchés du Grand Paris.

Mots clés : PME

Vous avez récemment déclaré que le projet du Grand Paris est une chance dans le contexte du Brexit. Pourquoi ?

Le Brexit intervient au même moment qu’un projet hors normes, unique, qui est celui de la création d’une métropole mondiale. Le Grand Paris est l’un des rares projets œcuméniques rassemblant majorité et opposition, sphères publique et privée. Aucune autre ville-monde n’est pour l’instant capable d’afficher une telle unanimité. Le Grand Paris – à l’exception de Moscou, mais c’est un cas un peu à part – est aussi la seule métropole en Europe à avoir lancé autant de chantiers en même temps. C’est un territoire qui bouge et qui va rester en mouvement pendant encore quinze ans. C’est là où il faut être. L’organisation des Jeux olympiques et/ou de l’Exposition universelle renforcerait encore ce positionnement. Par ailleurs, comme le montre la dernière étude de Paris Ile-de-France Capitale économique, qui porte sur huit villes européennes, la région-capitale est déjà très attractive.

Quels sont ses points forts ?

Il y en a quatre. D’abord, l’Ile-de-France bénéficie d’un système économique très diversifié (finance, santé, biotechnologies, aéronautique, ville de demain… ), unique en Europe. Elle est déjà attractive pour les investissements étrangers et même très bien placée : par exemple, 10 % de la recherche et du développement sont financés par des entreprises étrangères. Deuxième atout, l’offre en immobilier d’entreprise avec 800 000 m2 de bureaux disponibles, de bonne qualité, qui pourraient accueillir 40 000 salariés supplémentaires dès cette année. Ensuite, sur 1 000 étudiants présents sur le territoire francilien, 181 sont étrangers. C’est le taux d’ouverture le plus élevé au monde devant Londres et New York. Enfin, notre région est une place majeure de la finance en Europe continentale : banques, assurances, gestion d’actifs…

A travers la formation, nous voulons redonner confiance aux PME et les inciter à candidater aux marchés publics.

En janvier 2016, vous avez lancé le dispositif « CCI Business Grand Paris ». Quel premier bilan dressez-vous ?

A l’horizon 2030, le Grand Paris devrait générer 100 milliards d’euros d’investissement. Nous avons lancé cette plate-forme pour permettre aux PME de profiter des opportunités exceptionnelles générées par ce projet en les informant très en amont sur les chantiers à venir. Le bilan est encourageant : 681 entreprises inscrites et 10 maîtres d’ouvrage partenaires. Nous sommes aussi soutenus par 12 fédérations professionnelles, le Medef et la CPME.

Quels services proposez-vous aux PME ?

Les entreprises ont accès à toutes les informations transmises par les maîtres d’ouvrage ; elles reçoivent une lettre hebdomadaire et sont conviées à participer aux rencontres que nous organisons dans les territoires avec les donneurs d’ordre. Outre la multiplication de ces « road-shows », nous allons, en 2017, enrichir l’offre de services. En avril, nous mettons en place une formation à la commande publique d’une durée de deux jours. Il s’agit non seulement de former les PME aux marchés publics mais aussi de leur donner confiance et de les inciter à candidater. Autre axe de travail : l’accompagnement financier des entreprises. Nous allons regarder comment les banques pourraient rejoindre la plate-forme et, dans ce cadre-là, proposer une offre adaptée.

Quel est le rôle de la CCI au sein de l’Observatoire des PME mis en place par la Société du Grand Paris (SGP) ?

Au sein de cet Observatoire, nous sommes partenaire de la SGP, qui elle-même est membre de la plate-forme. Je salue l’engagement de la SGP de réserver 20 % des travaux du Grand Paris Express à des petites et moyennes entreprises. La CCI réalisera une enquête annuelle auprès des entreprises adhérentes à CCI Business sur les marchés qu’elles auront décrochés sur le chantier du GPE. Cette étude complétera la note semestrielle publiée par l’Observatoire sur les contrats remportés par des PME.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X