Edito Coup de griffe

Escamotage

Avec la rentrée littéraire (589 titres) et le Beaujolais nouveau (800 000 hectolitres à la louche), les Journées européennes du patrimoine (17 000 lieux ouverts au public ces 19 et 20 septembre) ressurgissent chaque année comme l’une des trois corvées de l’automne. Qu’on nous comprenne : ce n’est pas que le sujet nous enquiquine, mais il flotte sur cette manifestation – 32e édition déjà, bigre ! – comme un parfum de fin de vacances, de météo maussade et de files d’attente interminables. La thématique retenue cette année – « Patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir » – est plus surprenante. L’oxymore est plaisant et Fleur Pellerin, ministre de la Culture, s’en explique sur le site dédié : « En découvrant l’architecture d’aujourd’hui, vous visitez le patrimoine de demain […]. L’édition 2015 […] met en effet à l’honneur le patrimoine en train de se faire : les créations architecturales et paysagères de ces quinze dernières années. Alors le XXIe siècle, déjà patrimonial ? La vitalité architecturale de notre époque ne fait guère de doute, et le ministère de la Culture est d’ailleurs aux côtés des créateurs : c’est la vocation de la Stratégie nationale pour l’architecture que j’ai souhaité initier cette année. » Soit. Aucun architecte ne s’en plaindra…

Pourtant, ce n’est pas qu’on soit bégueule, mais tout ça ressemble quand même au tour de passe-passe d’un habile escamoteur qui leurre le péquin en lui donnant à voir d’un côté ce qu’il entend bien lui dissimuler de l’autre. Il en va ainsi des œuvres architecturales récentes qu’il est facile de patrimonialiser tout à trac sous les projecteurs, en mettant la sourdine sur les questions qui fâchent : entretien, protection (et financement) du patrimoine plus ancien ; préservation du patrimoine moderne ; démolitions en catimini d’icônes du genre (halle du marché de Fontainebleau, siège de Sandoz à Rueil-Malmaison, etc.), jusqu’à la toute récente mise à terre des logements de Paul Chemetov à Courcouronnes.
Passez, muscade ! Le tour est joué ! On en reparle en 2016 ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X