Technique et chantier

Equipement sportif Trois volumes composent une piscine « verte »

Mots clés : Architecte - Architecture - Bois - Eau - Marché de lénergie - Pollution sonore - Sport - Verre

Traitement performant de l’air, de l’eau et de l’acoustique, lumière naturelle optimisée, vitrage isolant, capteurs solaires : la piscine de Mourenx (64) déploie tout un arsenal de dispositifs pour économiser l’énergie et accroître le confort de ses usagers.

Conçue par l’architecte parisien Gilles Bouchez, la nouvelle piscine de Mourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques, a fait l’objet d’une démarche de conception environnementale. « Le bâtiment compact, de facture simple, est tripartite. Il accole trois volumes distincts, un noir, un blanc et un transparent », décrit l’architecte. Dédiés chacun à une fonction spécifique, ils sont construits avec des matériaux différents. L’ensemble mesure 40 m de large sur 70 m de long.

Au nord, le premier volume, noir, accueille la zone technique (entrée, vestiaires, douches, sanitaires et locaux techniques). Cette partie opaque est enveloppée d’une boîte en béton lasuré noir de 3,40 m de haut, aux murs isolés par l’intérieur. Au sud, se développe le second volume, blanc : la halle principale avec un bassin sportif (25 x 12,50 m), un bassin ludique complété par une pataugeoire, un toboggan et des jeux d’eau. A l’extrémité ouest, prend place un espace « bien-être » équipé de deux saunas, d’un hammam et de douches, ouvrant sur un « jardin japonais ». Cette halle de 5,50 m de haut comporte une ossature à poutres en bois lamellé-collé de 20 m de portée, reposant sur des poteaux métalliques gainés de bois, plantés à l’extérieur tous les 6,20 m. Ce volume, totalement vitré sur deux façades, est constitué de fines menuiseries en aluminium laqué blanc. La façade sud est dotée, sur 24 m de large, de grands châssis coulissants prolongés par un solarium extérieur. Une large faille vitrée de 3,40 m de large, 82 m de long et 12 m de haut fédère cet ensemble, qui abrite une succession d’espaces : circulations, bureau du directeur, locaux techniques, mur végétalisé et serre.

Caissons cycloniques

La démarche de développement durable menée par la mairie s’appuie sur la gestion de l’énergie et le confort des usagers, tout en privilégiant l’environnement naturel. D’où le soin particulier apporté au traitement de l’eau, de l’air, de l’acoustique, des vitrages et de la protection solaire. La ventilation de la halle est assurée par un système « cyclonique » d’absorption des odeurs de chlore, procédé jusqu’alors utilisé dans l’industrie. Les chloramines (1) qui se dégagent de l’eau sont reprises à 75 % dans des gaines disposées sous les banquettes en bois de la plage, puis asséchées, par centrifugation, dans des caissons cycloniques. L’air épuré et déshumidifié est réinjecté à l’intérieur. De même, l’eau des bassins, avant d’être recyclée, passe dans des bacs de filtrage et dans des tubes à UV qui renforcent la destruction de ces chloramines. Pour maîtriser la réverbération interne, des baffles acoustiques suspendus (laine de roche de 60 cm de haut par 10 cm d’épaisseur sous cadre métallique) sont disposés en quinconce sous la poutraison. En sous-face, le plafond est habillé de toile tendue Batyline (Ferrari) créant un effet de « ciel blanc ». En complément, l’espace de bien-être est bordé d’une paroi en bois bakélisé imputrescible perforé, doublée de laine minérale. Quant aux 2 400 m2 de façades de verre, elles sont en vitrage isolant à contrôle solaire (Suncool HP 70/40 de Pilkington). Ces pans vitrés sont protégés du soleil par un large auvent de 10 m et 15 m de débord, qui se déploie en façades sud, est et ouest. Enfin, 40 m2 de capteurs solaires thermiques installés sur le toit de la halle doivent couvrir entre 30 et 60 % des besoins en eau chaude sanitaire, selon les saisons.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : commune de Mourenx ; Sepa, maître d’ouvrage délégué.

Maître d’œuvre : Gilles Bouchez, architecte ; Matteo Vigano, chef de projet ; BEFS ingénierie, BET généraliste ; Terrao, conseil HQE ; Clarac, paysagiste.

Entreprises principales : Eiffage Construction Béarn (gros œuvre), Arcouet (murs rideaux, menuiseries extérieures), Goubie (charpente bois), Geroari (charpente métallique), Interlignes Déco (faux plafonds tendus), Domec Spie (CVC), Sopréma (étanchéité), Erbinartegaray (carrelage), Spot (toboggan, saunas).

Surface : 2 583 m2 HON.

Coût travaux : 5,20 millions euros HT.

(1) Les chloramines sont produites par l’action du chlore sur les matières azotées laissées par les baigneurs, notamment l’urée contenue dans la sueur. Elles génèrent irritations oculaire et respiratoire.
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X