Technique et chantier

équipement sportif Le stade multisports du Mans sort de terre

Mots clés : Architecte - Architecture - Produits et matériaux - Réglementation des marchés - Sport

Première concession de stade conclue depuis le Stade de France à Saint-Denis près de Paris, le MMArena sera livré dans quinze mois et exploité pendant trente-cinq ans par Le Mans Stadium, concessionnaire de l’équipement sportif.

Le contrat de construction et d’exploitation du MMArena est à la fois une course de fond et de vitesse. Il est un défi quasi sportif lancé par la Ville du Mans à Le Mans Stadium (LMS)*, société concessionnaire qui finance, construit en vingt-six mois et exploitera pendant trente-cinq ans le stade MMArena en cours de construction au Mans. Ce stade dans lequel évoluera le MUC 72 (Le Mans Union Club 72, club de football résident de la Ville) a été imaginé dans la foulée de la montée en Ligue 1 du club. L’actuel stade Léon-Bollée ne pouvant augmenter sa capacité d’accueil pour des raisons de sécurité, de circulation et de stationnement, c’est un nouvel équipement qui a été projeté sur le site d’Antarès, au sud de la ville, déjà riche d’un hippodrome, du circuit des 24 heures du Mans (le stade est à l’intérieur du circuit), d’une piste de karting, d’un golf et d’un vélodrome. Environ 230 ouvriers s’activent chaque jour sur le chantier. Assistés par six grues à tour, ils assemblent les jeux de poteaux, de poutres et de prédalles en béton armé qui font largement appel à la préfabrication. Le profil général des tribunes construites fait apparaître l’ampleur de l’ouvrage dont l’architecture a été imaginée par l’agence Cardete-Huet et l’architecte Bruno Huet, retenus en amont du contrat de concession dans le cadre d’un concours d’architecture classique. Quelque 25 000 places assises seront bientôt enveloppées d’une peau d’acier inoxydable, future icône de la Ville du Mans. La couverture se compose pour moitié de plaques de polycarbonate permettant le passage de la lumière pour la pelouse et pour moitié de bacs-acier étanchés.

« La pose des 17 000 tonnes de charpente métallique comprenant quarante-deux fermes est imminente (en juillet) », confie Jean-Yves Bellanger, chef de projet chez Adim Ouest. Les porte-à-faux seront retenus par l’arrière par quarante lignes de tirants dont les efforts sont repris par autant de massifs de béton capables chacun de résister à une force d’arrachement de près de 1 000 tonnes. Vingt-deux escaliers métalliques repris en porte-à-faux sur les poteaux de la structure principale permettront l’accès aux cinq niveaux que compte la superstructure.

Le contrat de concession a été signé il y a tout juste un an. C’est une première avec son volet « naming » (voir encadré). Côté exploitation, il comprend l’entretien, la billetterie, la sécurité, la commercialisation et la mise à disposition du bâtiment.

Un projet d’hôtel trois étoiles

La rémunération de l’exploitant (LMS) sera basée sur les recettes directes des clients finaux, spectateurs des compétitions sportives ou des spectacles. Le club résident en tant qu’utilisateur principal du MMArena est associé dans la société d’exploitation du stade LMS (qui compte sur une vingtaine de manifestations par an). Il s’acquittera d’une redevance comportant une part fixe et une part variable basée sur la fréquentation, dégageant également la Ville de ses subventions. La collectivité versera quant à elle une contribution forfaitaire annuelle d’un montant d’environ 1,35 million d’euros/an.

LMS travaille actuellement sur le financement d’un hôtel trois étoiles de 120 chambres contigu au stade. Le projet est en attente d’un partenaire financier.

Concessionnaire-exploitant : Le Mans Stadium (filiale de Vinci Concessions).

Architectes : Cardete Huet architectes.

Entreprises : Heulin, Dodin Campenon Bernard, GTM Bretagne et Adim Ouest (toutes filiales de Vinci Construction France).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Quelques données

20 000 m3 DE BÉTON pour cet ouvrage construit sur fondations spéciales et qui recourt assez largement à la préfabrication. 2 000 TONNES D’ARMATURES pour doter le béton d’une résistance lui permettant de supporter 25 000 places réparties sur trois niveaux de gradins. 2 HECTARES DE COUVERTURE portés par une charpente métallique de 17 000 tonnes et retenue par 40 lignes de tirants.

ENCADRE

Un montage financier inédit

Le contrat de concession du MMArena s’élève à un montant total de 102 millions d’euros. Le financement comprend une dette senior, sans recours sur l’actionnaire, de 39 millions d’euros d’une échéance maximale de 33 ans et un apport en fonds propres de 11 millions de l’actionnaire de la société concessionnaire. Il est complété par une subvention des collectivités locales d’un montant de 49 millions d’euros, répartie entre la Ville du Mans (31,48 millions), la région des Pays de la Loire (8,76 millions) et le conseil général de la Sarthe (8,76 millions). Le dernier volet du financement consiste en un apport initial de 3 millions d’euros des Mutuelles du Mans assurances (MMA) au titre du contrat de « naming » qui constitue l’originalité du montage (les MMA donnent leur nom au stade : MMArena). Un « naming » qui prévoit aussi que les MMA apporteront une participation financière de 1 million/an pendant les dix premières années d’exploitation.

(*) LMS est une filiale de Vinci Concessions.
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X