Logistique

Engin de levage Le hayon élévateur se dévoile

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

La manutention est parfois le maillon faible de la chaîne logistique. Et les possibilités offertes sont limitées. Aux solutions qui consistent à gréer le véhicule ou à l’équiper d’un chariot élévateur embarqué s’ajoute le hayon. Tour d’horizon de cet engin de levage aux multiples facettes.

Système d’aide à la manutention intégré au véhicule, le hayon élévateur permet de sécuriser et d’accélérer les opérations de chargement/déchargement. Il s’adresse à la manutention de tous les produits conditionnés sur palettes et supports mobiles tels que rolls ou porte-verres ainsi que des matériels roulants et certains vrac. Complété parfois d’un transpalette logé dans le camion, il assure l’autonomie du chauffeur qui peut, seul, livrer les clients.

En France, quatre constructeurs dominent le marché : Dhollandia, MBB Palfinger, Erhel Hydris et Antéos. Selon leur catalogue et les applications concernées, ils proposent des matériels de 150 kg à plus de 16 tonnes de capacité. En direct ou par l’intermédiaire d’installateurs agréés et carrossiers, le hayon répond à une grande diversité de besoins, des plus standards aux plus spécifiques jusqu’au sur-mesure « dans le respect des dimensions et résistance du châssis et de la caisse du véhicule », fait remarquer Sébastien Mégal, chef des ventes de Dhollandia qui déclare 60 % de parts de marché en France.

Les différents mouvements des hayons sont obtenus à l’aide de vérins hydrauliques alimentés par un groupe électropompe dont la source d’énergie est, en règle générale, la batterie du véhicule. Ils sont commandés grâce à un boîtier de commandes prolongé dans la plupart des cas d’une télécommande filaire. Conseillée par les constructeurs, celle-ci offre davantage de mobilité et une meilleure visibilité lors de la conduite de l’appareil. « Elle concourt à la sécurité du chauffeur mais aussi de toutes les personnes proches du véhicule lors des opérations de manutention », souligne Sébastien Mégal.

Cinq modèles

Au total, on recense...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 304 du 01/11/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X