Edito

Energie européenne

A l’heure même où l’Europe, hélas, effraie plus qu’elle ne rassure, crée plus de problèmes que de solutions, provoque plus de cauchemars que de rêves, v’là-t’y pas que Julie Nicolas, une des fines lames de la séquence Architecture & technique du « Moniteur », s’est décidée à farfouiller dans les dispositifs communautaires d’aide à l’innovation, histoire d’en dresser le bilan. Vaste programme. Bon courage. A bientôt. Le résultat est inattendu. Tenez-vous bien : ça marche, plutôt très fort, plutôt très vite.

Prenons, par exemple, le programme-cadre de financement « Horizon 2020 », doté de 79 milliards d’euros pour la période 2014-2020, destiné à soutenir la recherche et développement en matière d’efficacité énergétique des bâtiments. Son intitulé pouvait laisser craindre le trop long terme, le dédale administrativo-bruxellois, l’embourbement. Bref, il avait tout de la promesse baudelairienne : diablement poétique, définitivement chimérique. Eh bien non, c’est encourageant.

Les fonds affluent, les talents se mêlent, les solutions naissent.

Ce programme a notamment permis la mise au point de trois projets consacrés à la rénovation énergétique, dont les acronymes sévères empruntent à la langue de Shakespeare malgré le Brexit : Resseepe, à destination des bâtiments publics, E2Vent, voué à l’isolation des logements collectifs, Homeskin, lancé pour développer l’utilisation de l’aéro gel de silice, produit isolant aussi efficace qu’onéreux. Les fonds affluent, les barrières tombent, les talents se mêlent, les solutions naissent.

Ces trois projets sont bien partis et aboutiront avant la date limite de consommation de 2020. Julie Nicolas l’a vérifié pour vous et vous livre par le menu le détail des opérations. Alléluia ! Car c’est bien lorsqu’elle suscite, lorsqu’elle mixe, lorsqu’elle accompagne que notre chère Europe remplit ses missions initiales : fédérer pour éclairer, rassembler pour construire, innover pour progresser. Et, par le truchement de cette énergie si positive, on se prend soudain à l’aimer.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X