Technique et chantier

En France, les matériels sont à la peine

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier - Situation économique

Économie. Les ventes de matériels de chantier en France ont plongé de 19 % en 2015. Néanmoins, le syndicat des importateurs, le Seimat, se montre optimiste pour cette année et les deux suivantes.

L‘année 2015 a été mauvaise pour les ventes de matériels de chantier en France. Avec 30 302 machines vendues, le marché est en baisse de 19 %. Tous les secteurs sont touchés : les gros engins de terrassement (- 16 %) souffrent de la fin des grands chantiers ; les petits matériels (- 20 %) sont pénalisés par la baisse d’activité des loueurs et par la frilosité des PME ; les matériels routiers (- 27%) sont les plus sinistrés. Plus étonnant est l’effondrement des ventes de pelles sur pneumatiques : – 32 %. C’est en effet le matériel typique de ces travaux urbains qui prennent de plus en plus d’ampleur dans les carnets de commandes des entreprises de travaux publics. Peut-être est-ce le contrecoup des élections municipales de 2014 qui ont vu nombre de mairies changer de couleur politique, ce qui a souvent pour effet de geler les projets en cours. Heureusement, tout n’est pas noir. Catastrophiques en début d’année (- 33,5% lors du premier trimestre), les commandes d’engins de chantier se sont progressivement améliorées courant 2015, grâce à la loi dite « Macron » instaurant des avantages fiscaux aux entreprises qui investissent dans du matériel. « Elle a accéléré la prise de décision de ceux qui songeaient à renouveler une machine ancienne », estime Jean-Marie Osdoit, président du Seimat  le syndicat des importateurs de matériels. « Mais une entreprise n’achète pas un bien d’équipement pour profiter d’une aubaine fiscale. Elle investit quand elle en a besoin pour honorer son carnet de commandes. » Et cela pourrait bien arriver rapidement. Pour Jean-Marie Osdoit, le BTP français va bientôt connaître des jours meilleurs. « Les pouvoirs publics l’ont compris : la reprise économique générale passe forcément par la bonne santé du BTP. » Le retard pris dans la construction et l’entretien des infrastructures va vite devoir être comblé, d’où un optimisme mesuré. « Je prévois des ventes de machines en hausse de 5 à 10 % pour 2016. Je suis également persuadé que la tendance sera positive en 2017 et en 2018 », parie Jean-Marie Osdoit.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

– 3 % Nouvelle baisse du CA des entreprises de location en France en 2015, après deux ans de décrue. Mais, avec 3,5 milliards d’euros, l’activité reste à un bon niveau.

-10 % Baisse du chiffre d’affaires de la distribution. Elle est moins nette que celle des ventes de matériels neufs car les activités de service, de réparation et de vente de piècesdétachées amortissent les fluctuations.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X