Autres Stéphanie Andrieu-Giraud, créateur d’Urbasolar

Elle conçoit des projets photovoltaïques complexes

La toiture photovoltaïque de 35 000 m 2 qui couvre le nouveau hall d’assemblage de l’Airbus A 350, à Toulouse-Blagnac, est entrée en production le 17 septembre. Cette centrale de 970 kWc a été financée et réalisée par Urbasolar, une jeune société montpelliéraine spécialisée dans les installations photovoltaïques clés en main. Récente lauréate d’un appel à projets régional, l’entreprise s’apprête également à équiper en panneaux photovoltaïques les toitures de dix-sept lycées héraultais. Urbasolar a été créée en 2006 par Stéphanie Andrieu-Giraud, 37 ans, ex-directrice générale d’Apex-BP Solar. Celle-ci partage aujourd’hui la direction du groupe avec Arnaud Mine, un ingénieur agronome de 51 ans, ex-P-DG d’Apex-BP Solar, vice-président du Syndicat des énergies renouvelables, et président de Soler, la branche photovoltaïque de ce syndicat.

De solides références

L’entreprise s’est orientée dès sa création vers le monde industriel. Cémoi, Carrefour, La Poste, la SNCF, Sogaris… Urbasolar aligne rapidement des références solides. « Nous avons tout de suite privilégié les projets complexes, intégrant de l’innovation, de l’ingénierie technique, juridique et financière et des prestations clés en main, parce que nous savions faire », explique Stéphanie Andrieu-Giraud. Urbasolar a ainsi été l’un des premiers opérateurs à proposer à ses clients une membrane photovoltaïque qui assurait à la fois l’étanchéité du bâtiment et la production d’électricité. En 2008, l’entreprise reçoit le soutien du Crédit agricole, qui entre au capital et avec qui elle crée Solar Participations, un fonds d’investissement qui lui permet de financer des projets et de devenir producteur d’électricité.

Aléas politiques

Le chiffre d’affaires, de 3,4 millions d’euros en 2007, atteint 20 millions en 2008, puis 35 millions en 2009. L’entreprise table sur un chiffre de 45 à 60 millions en 2010. Ses dirigeants veulent pourtant rester prudents. « Tant que nous serons soumis aux aléas de la décision politique, nous devrons garder une grande capacité d’adaptation, analyse Arnaud Mine. A mesure que le coût de l’électricité photovoltaïque se rapprochera du prix du marché, ce qui pourrait se produire d’ici à cinq ans, nous gagnerons en visibilité, ce qui nous permettra alors d’investir massivement. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L’ENTREPRISE

Date de création : octobre 2006.
Activité : conception, installation et exploitation de centrales photovoltaïques.
Statut : SAS au capital de 2 millions d’euros, réparti entre les deux dirigeants (majoritaires) et Crédit agricole Private Equity.
Siège : Montpellier (filiales à La Réunion et à La Martinique).
Chiffre d’affaires 2009 : 35,7 millions d’euros.
Effectif : 65 salariés.
Site : www.urbasolar.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X