Régions

Egouts Moderniser le patrimoine historique

Chambéry est construite sur une zone humide. L’eau y est canalisée par toute une série de petits canaux, qui ont reçu les eaux usées pendant des siècles avant que, tout naturellement, ils deviennent le réseau d’égouts de la vieille ville. Aujourd’hui, le centre historique est ainsi maillé par 40 kilomètres de canalisations pour certaines fort anciennes. Chambéry Métropole a ausculté finement 15 kilomètres de ces réseaux et pris la mesure des travaux à mener. La communauté engage donc un lourd programme d’amélioration visant principalement à renouveler le génie civil (notamment l’étanchéité des radiers, la nappe phréatique étant toute proche) et à améliorer le fonctionnement du système, notamment l’autocurage. La pose de vannes et des essais de motorisation sont prévus pour, peut-être, aller vers des commandes à distance.

En revanche, il n’est pas prévu de passer ce réseau « historique » en séparatif : il est trop imbriqué à l’habitat ancien, et sert de plus de galeries techniques pour d’autres réseaux secs. La communauté d’agglomération va consacrer un million d’euros par an pendant une quinzaine d’années. Les travaux se dérouleront essentiellement en souterrain. Ils sont confiés pour trois ans au groupement Sogea-Nouvetra-Cofex.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X