Régions

Effia accélère l’équipement de ses parkings en bornes électriques

Mots clés : Stationnement - Transports

D’ici à la fin de l’année, Effia, filiale de la SNCF, va équiper de bornes de recharges pour les véhicules électriques (voitures, vélos, scooters) cinq de ses parkings en Ile-de-France : Avon, Brétigny, Chaville, Lieusaint, Orsay. Ces parkings rejoindront les treize parcs franciliens déjà équipés (Massy, Marne-la-Vallée, la plupart des gares parisiennes) sur les 51 parcs dans toute la France.

Spécialiste de la gestion des parcs de stationnement, Effia est au centre de la stratégie de la SNCF : faire des gares de véritables plates-formes multimodales. « Nous voulons être à l’interface des nouvelles mobilités, et développer des solutions innovantes d’écomobilité, respectueuse de l’environnement, dont la SNCF est leader. Avec ces bornes de recharge pour véhicules électriques, nous apportons notre contribution », souligne Bernard Gonzalez, directeur général d’Effia.

Anticiper la demande

Objectif : anticiper la demande et s’adapter rapidement aux besoins. Actuellement, les parkings équipés disposent de deux à trois bornes électriques, jusqu’à dix et parfois quinze à la gare Montparnasse. Au total, une centaine de places actuellement en Ile-de-France. Les cinq nouveaux sites sont des parcs-relais, situés surtout en grande couronne. Les contraintes d’équipement sont de deux ordres. D’une part, situer ces bornes électriques le plus près possible du tableau électrique pour abaisser les coûts et éviter les pertes d’énergie. D’autre part, et seulement pour les parkings souterrains, il faut disposer d’outils de mesure pour contrôler en temps réel la qualité des effluents gazeux qui pourraient être émis lors du rechargement des batteries. Lorsque la place de parking est prééquipée, le délai de mise en service est d’un mois. Le coût, par borne installée, est variable suivant la configuration : de 5 000 à 10 000 euros. Effia est maître d’ouvrage des chantiers.

Dans les cartons de Bernard Gonzalez, des dizaines de bornes électriques sont en préparation. « Notre conviction, c’est que le véhicule électrique va s’imposer massivement dans les deux ans. La demande sera alors considérable. Nous saurons y répondre. »

Gageure ? Peut-être pas : le vif intérêt soulevé par les véhicules électriques lors du Mondial de l’automobile est sans doute un signe avant-coureur de ce succès espéré.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X