Enjeux Premier ministre

Edouard Philippe, un Normand à l’écoute du secteur

Mots clés : Gouvernement

L’année 2017 est faste pour Le Havre.

La ville fête ses 500 ans d’existence et son maire (LR) Edouard Philippe est, depuis le 15 mai, le nouveau Premier ministre de la France. Pour le BTP, le profil du jeune élu (46 ans) est a priori rassurant : tout au long de son mandat local, l’énarque, qui s’était spécialisé dans les marchés publics au Conseil d’Etat, a montré sa sensibilité aux enjeux de la construction, tant côté travaux publics que bâtiment.

Son prédécesseur à la mairie du Havre, Antoine Rufenacht, avait mené une politique de grands travaux (tramway, stade de football, réhabilitation d’anciens docks). Edouard Philippe s’est inscrit dans la continuité dès sa prise de fonctions en 2010 ; le petit-fils de dockers a travaillé à la fois à achever les projets et à en soutenir de nouveaux. « Il est dynamique et il a une parfaite connaissance des enjeux liés aux infrastructures et en particulier, au Havre, à l’activité portuaire et à son développement », témoigne Dominique Frébourg, président de la Fédération française du bâtiment et des travaux publics (FBTP) du Havre Pointe de Caux. Edouard Philippe était très engagé sur le développement de l’Axe Seine, lui qui participait en mars 2016 au lancement de l’appel à projets « Réinventer la Seine ».

Partenariat avec les entreprises. Pour Régis Binet, président de la Fédération régionale des travaux publics de Normandie, l’homme est « très à l’écoute des entreprises et de leurs besoins. Sa nomination comme Premier ministre est une bonne nouvelle. Et même si nous n’avons pas la prétention de croire que les travaux publics seront son unique sujet, on peut au moins se satisfaire de pouvoir compter sur une oreille attentive ». Et peut-être même plus puisque la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a aussi une connaissance intime de ces questions (lire ci-contre).

Côté bâtiment, Edouard Philippe a également montré localement qu’il était homme de projets. En partenariat avec la FBTP Havre Pointe de Caux et la Capeb Seine-Maritime, la Communauté de l’agglomération havraise, qu’il présidait, a développé une plate-forme de la rénovation, qui se positionne comme assistant à maître d’ouvrage pour les particuliers. Edouard Philippe a fixé un objectif de rénovation de 10 000 logements sur cinq ans. Il a sollicité les entreprises du bâtiment, pour savoir si elles seraient capables de répondre à la demande et les impliquer pleinement dans le projet. Emmanuel Macron, lui, promet d’engager 8 milliards d’euros pour la réhabilitation des logements et la rénovation thermique des bâtiments publics. Un défi à la mesure de l’ambition de l’homme du Havre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X