Produits

Éclairage tertiaire

Mots clés : Manifestations culturelles

À l’image de son usage dans le spectacle, l’éclairage occupe une fonction centrale dans les programmes tertiaires, affirmant son impact sur l’individu. Le salon Light + -Building, du 13 au 18 mars à Francfort, permet d’identifier les tendances du secteur.

Dans les bâtiments tertiaires, le traitement de l’éclairage s’apparente à celui d’un matériau. Précis, il induit une perception immédiate d’un espace. Il peut permettre à l’individu de faire le tri dans le grand nombre de stimuli visuels auxquels il est exposé tout au long de la journée. Selon une enquête sur la « Qualité de la lumière perçue au bureau » menée par l’institut Fraunhofer IAO, la lumière peut accroître la créativité, la concentration et la productivité. L’étude met en exergue la disparité des besoins des utilisateurs, ainsi qu’un écart entre leur perception et les valeurs normées (ou niveaux réels objectifs). Comment répondre à cette problématique complexe et immatérielle ? Les dispositifs artificiels ont été adaptés pour imiter la lumière naturelle – suivant le référentiel de température de couleur de 5 000 K -, proposer des éléments correctifs, et associer éclairages directs et indirects. Le luminaire d’ambiance, suspendu ou mural, affiche son rapport à l’espace, même éteint. Les flux lumineux dirigés des lampadaires, des lampes de table et des projecteurs tendent vers une gestion individuelle, voire vers le travail nomade. Il ressort également de l’enquête qu’un réglage de température attendu se situerait vers 4 000 K dans les petits espaces de bureau double, contre 5 000 K dans les bureaux partagés. Et au lieu des 500 lux prévus, 60 % des personnes choisiraient plus de 800 lux sur leur poste. Dans une autre étude, « Light and Health », A.T. Kearney conclut qu’un éclairage centré sur l’utilisateur a une action biologique et offre des avantages économiques. Les systèmes de contrôle de présence et une gestion électronique participent à la maîtrise de la consommation. Ultime voie d’exploration, la programmation des variations qui suivent une courbe selon le biorythme humain constitue un champ d’avenir.

OVISO RIBAG

Luminaire suspendu à technologie Oled de haute qualité, Oviso de Ribag intègre un capteur faisant fonction de variateur sans contact. Confortable, il présente une température de couleur de 3 000 K et une excellente qualité de rendu de couleur (IRC 95). Le corps de l’appareil est en aluminium et polycarbonate gris métallisé particulièrement fin (ép. 7 mm), en 120 cm de largeur et trois longueurs (998/1 332/1 669 mm). Il contient une source non remplaçable.

www.ribag.com

SLOTLIGHT INFINITY ZUMTOBEL

La ligne continue Slotlight Infinity de Zumtobel assure la délimitation d’un espace sans ombre, apportant un éclairage homogène, y compris dans les coins, grâce à des connecteurs en L (à 90°). Les dimensions de l’appareil à l’esthétique régulière – reposant sur des cadres préfabriqués – s’adaptent à la longueur du projet, par modules multiples de 250 mm. Le système existe en 3 000 et 4 000 K, avec un IRC supérieur à 80. Il est disponible en encastré mural résistant, à leds et optique IP54. En option, un détecteur de présence.

www.zumtobel.com

STARPOINT ERCO

Signé Richard Kelly, Starpoint unit la discrétion d’un boîtier compact à la performance optique. Le dispositif de sa lentille lui assure un faisceau précis et homogène pour les volumes jusqu’à 3 m de haut ; il convient aussi aux faibles hauteurs, en éclairage de table à faisceau large dans un espace de restauration. L’appareil, en 25 x 7 cm (L x Ø), noir, blanc ou chromé, est doté en option d’une bague translucide à son extrémité inférieure. En 3 000 ou 4 000 K ; IRC supérieur à 80.

www.erco.com

ELEMENT 790 HUMAN SCALE

Dotée de la technologie LED MCX pour une performance optimisée, la lampe de bureau Element 790 compte sept niveaux d’éclairage sur variateur intuitif, en blanc neutre (3 500 K), avec un IRC de 85. S’adaptant aux configurations des lieux, avec vingt options de montage, elle est mobile : orientable à 360° sur sa base, avec une tête inclinable avant et arrière de...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 249 du 14/03/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X