Autres

Eclairage

Euroluce, le rendez-vous biennal de l’éclairage de Milan, a animé le Salon du meuble, du 14 au 19 avril. Le light designer Henri Bursztyn promène son regard sur les évolutions du secteur et livre ses impressions.

« La miniaturisation des sources a permis une grande liberté dans le luminaire entraînant une libération formelle. Des traits de lumière rectilignes ou courbes se plient aux dessins des designers, et avec plus de légèreté car les appareillages de commande sont moins présents. Ce que je vise en tant que concepteur, c’est une capacité de personnalisation du produit, un détail qui diffère d’une pièce à l’autre. Ce peut être le câble, qui fait rarement l’objet d’un choix, alors que l’éventail de couleurs et de matières est vaste. Si l’objet doit exister en dehors de sa fonction première, il devrait être manipulable même éteint pour que l’utilisateur ait une connexion à l’objet. À l’inverse, si sa fonction unique est de mettre en valeur ce qu’il éclaire, l’invisibilité fera son attrait. La source majoritairement utilisée désormais est la LED, en ruban ou en galette, qui apporte une grande puissance dans une épaisseur minime – avec un bon dispositif refroidisseur car elle ne supporte pas la chaleur qu’elle produit. À court terme, je crois au succès du filament LED qui remplace avantageusement les ampoules à incandescence, plus que dans l’Oled dont les capacités ne sont pas encore optimales. L’indice de rendu des couleurs (IRC) des LED, par exemple, avoisine 94 voire 97 (la référence étant 100) contre 90-91 en général pour l’Oled, ce qui altère la vision. De plus, avec la LED, on obtient un couplage des différentes températures, une balance des blancs chauds et froids mélangés par un diffusant, pilotés par programmation informatique. L’adaptation de son éclairage au fil d’une journée, en réponse aux variations de la lumière du jour, par des scénarios à variations en showroom comme en résidentiel a un avenir assuré… une fois la mise en œuvre réussie ! »

HYDRA, Danese

Le système Hydra, de design Carlotta de Bevilacqua pour Danese, a été pensé à la manière d’un tube distributeur d’eau, mais générant un flux lumineux au long de son cheminement. La souplesse du système s’accorde à tout projet, le tube pouvant être accroché selon des lignes droites comme courbes. La lumière est transmise par de la fibre optique, par unité de 5 m de long. L’émission et la puissance sont contrôlées par des terminaux individuels. www.danesemilano.com

IO, Fontana Arte

Claesson Koivisto Rune a baptisé IO...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 243 du 01/07/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X