Actualité Environnement

Eau et assainissement : des chantiers de toutes tailles

Mots clés : Démarche environnementale - Qualité de l'eau - eau potable

Le chantier du siècle, dans le domaine de l’eau potable, attend les élus communautaires de Strasbourg après le 30 mars. La sécurisation de la ressource repose sur sa diversification, noyau du schéma directeur d’alimentation en eau potable de 1994 : après des années de concertation, ce projet, localisé au sud de l’agglomération, passera cet été le cap de l’enquête publique. Il mobilisera 80 millions d’euros jusqu’à la fin 2017, dont plus de 20 millions apportés par l’agence de l’eau Rhin-Meuse, y compris deux canalisations longues de 18 km pour un mètre de diamètre.

A côté de cette opération – la plus importante des prochaines années dans le Grand Est pour l’eau potable – la restitution du bon état des rivières, exigée par l’Union européenne, met les communes rurales en première ligne. Des financements difficiles justifient parfois des enveloppes exceptionnelles : « Le sud meusien bénéficie des mesures compensatoires au projet d’enfouissement de déchets radioactifs. De plus en plus, la satisfaction de la demande passe par des techniques écologiques. » Les chantiers de petite taille facilitent la montée en compétence des PME, comme le montre le cas d’Olry Arkedia à Turckheim (banlieue de Colmar, Haut-Rhin) : forte de trente références et du leadership dans le Haut-Rhin sur la technique des filtres plantés de roseaux, cette entreprise arrive dans les communes des régions voisines de Franche-Comté et de Lorraine.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X