Autres

E-nergy casse les codes de la simulation thermique

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

Créée en 2010, l’entreprise fonde sa stratégie sur de nouveaux usages des logiciels de calcul des consommations.

Les premiers succès d’une start-up découlent bien souvent de l’anticipation d’une nouvelle préoccupation collective. Depuis la création de leur bureau d’études E-nergy en 2010, Benoît Ricard et Yann Leblond ont ainsi su tirer parti de l’attention croissante que la construction porte à la maîtrise de l’énergie, en intégrant progressivement l’ensemble des prestations de conseil que requiert ce segment de marché.

La jeune pousse, implantée à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), emploie aujourd’hui quinze personnes et affiche une croissance de 35 % de son chiffre d’affaires par an depuis sa fondation. E-nergy trouve son origine dans une observation commune des deux entrepreneurs. « En 2009, j’occupais le poste de directeur du développement durable au sein de Spie SCGPM. J’ai constaté que l’énergie n’était pas mise en avant. Elle demeurait une valeur méconnue », explique Benoît Ricard, qui occupe maintenant la fonction de directeur associé d’E-nergy.

Au-delà de la RT 2012.

La start-up s’empare alors du problème. Elle s’engage tout d’abord dans des activités d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour des opérations d’économie d’énergie. Pour convaincre le secteur, la société s’appuie sur un outil de modélisation énergétique dynamique de sa fabrication. Ce logiciel estime avec précision les consommations futures d’un bâtiment, en fonction des aménagements prévus. Contrairement à d’autres concurrents, il ne se limite pas aux usages décrits par la réglementation thermique (RT 2012), mais prend en compte toutes les sources de dépenses possibles. « La RT 2012 constitue un garde-fou de la construction, mais elle ne fournit pas d’indicateurs fiables pour le propriétaire, analyse le directeur associé. Les premiers retours d’expérience indiquent un écart inférieur à 4 % entre nos prévisions et les chiffres réels. » (lire aussi p. 12)Entre autres exemples, le bureau a réalisé, en septembre 2012, pour la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN) un audit de vingt-quatre sites. A la suite de cet examen, elle a défini avec son client un schéma directeur de l’énergie. Chaque établissement a été équipé de système de comptage. Avec les données recueillies, l’équipe d’E-nergy a défini un programme de travaux qui débutera cette année et devrait générer à terme 40 % d’économie d’énergie.

Soucieuse d’innover, l’entreprise décide en 2012 de concevoir à partir de son simulateur un dispositif d’information à destination du grand public. Après deux ans de recherche, elle met en ligne l’application Energy Saver. Cette plate-forme Web répertorie des logements qui font l’objet d’une vente en l’état futur d’achèvement (Vefa). Elle propose à l’internaute de calculer ses factures d’énergie et d’eau s’il devenait propriétaire d’un de ces biens. Après avoir renseigné ses habitudes de vie en quelques clics, l’acheteur potentiel est en mesure de comparer les offres de différents promoteurs tels que BNP Paribas Real Estate, Bouygues Immobilier ou Nexity. Une fois l’appartement vendu, seul l’acquéreur peut accéder à ce service gratuitement pendant trois ans. Il aura ainsi la possibilité d’évaluer les effets d’un changement de comportement sur ses consommations. Le logiciel fournit aussi des conseils d’optimisation. Energy Saver permet actuellement d’évaluer 2 000 logements.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

4 % d’écart entre les simulations et les consommations réelles.
2 000 logements évalués par l’application Energy Saver.

ENCADRE

La note de l’expert

« J’ai découvert E-nergy fin 2013. Leur application Energy Saver apporte une vision précise des consommations de chaque appartement. En effet, elle tient compte de sa surfaceet de sa position dans le bâtiment. Nous l’avons testée sur une opération en primo-accession de Nexity Immobilier Résidentiel Nord. E-nergy a formé nos commerciaux au logiciel. Lors des rendez-vous, nous apportions à nos clients un calcul des charges. Outre cette aideà la vente, nous avons récupéré des données essentielles sur nos constructions. Cette approche reste coûteuse, mais elle se généralisera à l’avenir.»
Alain Goujon, directeur technique du pôle immobilier résidentiel de Nexity.

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X