Annuel immobilier

Dunkerque La filature se remet au travail

Mots clés : Enfance et famille - ERP sans hébergement - Établissements industriels, agricoles, ICPE

Réaménagée par l’agence CAAU, l’ancienne usine du XIXe siècle accueille des bureaux partagés. Une extension contemporaine abrite un café et une crèche.

Flanquée de sa haute cheminée, la robuste bâtisse témoigne du temps où Dunkerque, dans le Nord, était la capitale française de la toile de jute. Aujourd’hui réhabilitée et agrandie, l’ancienne filature se veut emblématique d’une nouvelle façon, plus sociale, de penser les locaux tertiaires. Ainsi, depuis un an, elle abrite les bureaux partagés, en location, de Work & Co.

Construit en 1866, l’édifice avait cessé de filer en 1972 et hébergé des activités diverses telles qu’une concession automobile. Mais le lieu était vide depuis une vingtaine d’années quand la ville de Dunkerque, devenue propriétaire, le proposa en 2012 à un duo de jeunes entrepreneurs, Pierre Bataille et Steffi de Jong, qui, en association avec Piet Colruyt, un investisseur privé belge, portaient un projet d’espace de travail collaboratif. Dans le but de permettre le redéveloppement de cette friche dans le cadre plus général de la rénovation urbaine du quartier, la Ville a cédé le bâtiment 100 000 euros à Work & Co.

Adapter l’édifice. Les architectes Thomas Coldefy et Isabel Van Haute, de l’agence CAAU (Coldefy & Associés architectes et urbanistes), se sont dès lors employés à adapter la filature à ses nouvelles fonctions. Si la « coque » en brique jaune du bâtiment était saine, le lieu était en mauvais état. Surtout, il fallait en augmenter la capacité. « Nous avons doublé la surface intérieure en créant deux dalles supplémentaires pour passer de trois à cinq niveaux », expliquent les architectes. En raison de l’épaisseur des murs, la surface de planchers demeurait pourtant limitée à environ 90 m² par dalle. Pour que les circulations n’empiètent pas trop sur l’espace des 36 postes de travail, individuels ou partagés, et des salles de réunions, un grand escalier métallique extérieur est venu s’accrocher sur un pignon.

Deux espaces nouveaux se sont aussi greffés au bâtiment historique, pour abriter l’un une micro-crèche privée et l’autre, une cafétéria. Dotées de grandes ouvertures vitrées, ces extensions, réalisées en ossature bois, « forment comme des pavillons d’entrée, expliquent Isabel Van Haute et Thomas Coldefy. Ils sont là pour mettre en valeur la filature, pas pour la cacher ». Avec la salle de séminaires logée dans l’ancien garage, les quatre corps de bâtiments, anciens ou neufs, s’organisent autour d’un porche commun mais fonctionnent de manière indépendante. Ouvrant sur un grand parvis minéral réalisé, comme le parc voisin, par l’agence Métropole Architecture Paysage (MAP), l’ancienne filature est redevenue un lieu vivant du quartier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

2 millions d’euros HT, coût de réhabilitation-extension

876 m² de surfaces, dont une extension neuve de 238 m²

5 minutes de marche depuis la gare SNCF

6,25 € HT par demi-journée pour la location d’un espace de travail

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Work & Co, Piet Colruyt. Maîtrise d’œuvre : Coldefy & Associés architectes urbanistes (CAAU).BET :Symoé (HQE). Entreprise générale : Norlit. Surface : 876 m² (dont bureaux : 479 m² ; salle de séminaires : 159 m² ; café : 121 m² et micro-crèche : 117 m²). Coût du chantier : 2 M€ HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X