Annuel aménagement

Dubaï dans la tourmente

Mots clés : Rénovation urbaine

The Universe, Jumeirah Gardens, Nackheel Harbour Tower, Dubaïland… On ne compte plus les projets reportés, suspendus, ou annulés à Dubaï. Le miracle d’une croissance immobilière alimentée par le robinet des pétrodollars des Emirats voisins subit de plein fouet la crise. Sur les 70 kilomètres de littoral en chantier, seules les grandes infrastructures, notamment le métro aérien, et les projets suffisamment avancés, comme la tour Burj Dubaï, le plus haut gratte-ciel du monde, ou Palm Deira, l’une des fameuses îles artificielles émergeant du golfe Persique, seront achevés et livrés dans les temps. Passée l’explosion de la bulle immobilière, subsisteront les interrogations sur la viabilité énergétique et urbaine d’une mégalopole de plusieurs millions d’habitants gagnée sur le désert.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X