Autres

Du plus gros au plus petit, sans a priori

Mots clés : Terrassement - Travaux publics

Thierry Lahuppe, 50 ans, prend la direction matériel de Loxam. Cet ancien du génie civil et des terrassements aborde les matériels de la même manière, quelle que soit leur taille.

Quand, en juin 2015, Jean-Philippe Theuriot quitte la direction matériel de Loxam, c’est une figure qui s’éclipse après dix-sept ans passés chez le loueur de matériels. Qui pour lui succéder ? Ce sera Thierry Lahuppe. Né à Lille il y a tout juste cinquante ans, celui-ci perpétue une tradition qui place des ingénieurs Arts et Métiers à la tête des services matériel les plus prestigieux. Et pourtant, quand vient pour lui le moment de choisir son orientation professionnelle, ce n’est pas vers les terrassements qu’il se tourne, mais vers la mer. « J’ai fait mon service militaire dans la marine, à bord d’un aviso. Direction la Polynésie, puis un lent retour avec plusieurs escales. J’ai adoré. » Mais pas au point d’y rester. « Une nuit, au milieu du canal de Suez, le commandant me demande : « Lahuppe, vous ne voulez pas vous engager ? » ; « Non, commandant » ; « Dommage… ». Pas la Royale donc, mais marin tout de même puisqu’il postule chez Comex, grand nom des travaux offshores. Il y est embauché, mais pas pour voir la mer. « Comex avait décidé de se diversifier dans la maintenance des installations nucléaires. C’est là que je commence. » Ni océan Pacifique ni golfe du Mexique, mais la vallée du Rhône, la Loire et la Bretagne avec le démantèlement de la centrale de Brennilis. À cette occasion, Thierry Lahuppe côtoie des entreprises de travaux publics. « Je découvre une culture très différente de celle de l’ingénierie nucléaire. » Quand l’envie lui vient de changer d’horizons professionnels, il s’en souvient et répond à une annonce passée par une entreprise de travaux publics. Le décès brutal du fondateur laisse cette entreprise familiale sans direction ni succession. Elle est reprise par Sogea Construction. Alors directeur d’exploitation, Thierry Lahuppe a quelques inquiétudes à se voir ainsi projeté dans le groupe Vinci. « Il fallait adapter la société aux procédures du groupe. » C’est lui qui a en charge cette intégration, ce qui le conduit à se pencher sérieusement sur les matériels. Il étudie la composition du parc, cherche de nouvelles machines et doit convaincre de la pertinence de ses choix. En 2005, Sogea lui propose de partir au Maroc. Il accepte sans savoir exactement quel poste il occupera. Ce sera les matériels. « Le Maroc était un marché en plein essor. Nous construisions des cimenteries, installions des centrales à béton pour construire des ouvrages d’art. » Il fait la connaissance de Jean-Jacques Le Moal, directeur matériel de Sogea Satom, qui voit en lui un possible successeur. Il prend le poste en 2011. Sogea Satom, c’est l’Afrique, ses opportunités et ses spécificités. « Il faut être extrêmement rigoureux. La moindre erreur logistique, et vous perdez trois mois. » L’instabilité politique complique les choses. « Ce sont des opérations complexes… », admet Thierry Lahuppe. On veut bien le croire. Est-ce par fatigue qu’il quitte ce poste ? « Non. Par curiosité. » Car la direction matériel chez un loueur est différente de celle qu’il pratiquait jusqu’alors. « Ce n’est pas le même métier. Les loueurs ont une gestion extrêmement fine de leur parc, qu’ils suivent sur une échelle de temps très courte, presque quotidienne. » Une minutie qui s’applique à une foule de matériels, parfois très petits. Justement : comment Thierry Lahuppe va-t-il passer du bulldozer de 300 ch à la ponceuse de parquet ? « C’est la même approche. Ce matériel est-il adapté à la tâche qu’on lui assigne ? Pour répondre il faut étudier sa technique, ses frais logistiques, ses coûts de maintenance, sa consommation, sa valeur de revente. Ce sont les mêmes questions qui se posent, quelle que soit la taille de la machine. » Chez Loxam, Thierry Lahuppe va devoir se les poser pour chacune des 200 000 machines du parc. De quoi satisfaire sa curiosité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Bio express

1965 Naissance à Lille 1985 Entre aux Arts et Métiers
1990 Ingénieur projet chez Comex 1999 Directeur d’exploitation chez Barriquand TP
2005 Responsable achats et matériel de la filiale marocaine de Sogea Satom 2011 Directeur matériel de Sogea Satom
2015 Directeur matériel de Loxam

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X