Actu Distribution bricolage

Du « do it yourself » au « do it with other »

Mots clés : Distribution - Gestion immobilière

Plates-formes communautaires, « fab lab », location, troc… Numéro un du marché, les grandes surfaces de bricolage poursuivent leur transition numérique en plaçant l’économie collaborative au cœur de leurs stratégies.

C’ était à Paris, il y a un an, au cours du OuiShare Fest 2014, rendez-vous annuel consacré à l’économie collaborative. Véronique Laury, alors directrice générale de Castorama (devenue depuis PDG de Kingfisher), livrait son verdict : « Le “ retail ” a raté la révolution Internet. Il est donc important de ne pas renouveler l’erreur cette fois-ci. » Puis elle annonçait que son enseigne allait placer sans attendre l’économie de partage au cœur de sa stratégie en dévoilant plusieurs initiatives fortes : la mise à disposition de l’intégralité de son savoir-faire pour créer le Wikipédia des bricoleurs ; le lancement prochain d’une offre d’impression 3D et d’ateliers sous forme de « BarCamp » en magasin ; et la création d’un MOOC (pour Massive Open Online Course, cours en ligne ouvert et massif, NDLR) pour les salariés de l’enseigne et les clients. L’objectif : ne plus être un simple distributeur d’outils mais la « human centric company », selon l’expression de la dirigeante. En clair, être le centre d’un écosystème où les employés, les artisans, les bricoleurs du dimanche, les passionnés du « Do it yourself » (DIY), les partenaires peuvent partager et trouver les réponses à tous leurs besoins.

Si aucune initiative présentée n’a encore vu le jour en magasins, Castorama explique qu’« en matière de stratégie digitale l’objectif dans les années à venir consistera à mettre à la disposition de cet écosystème des outils et des méthodes facilitant la vie des bricoleurs, le novice comme le plus avancé, et l’amélioration de l’habitat ».

Une communauté d’intérêt

Les autres enseignes de bricolage cherchent aussi à surfer sur l’essor de la « Sharing Economy » (économie de partage). C’est le cas de Mr. Bricolage. « Cette économie est une réalité à laquelle nous ne pouvons pas échapper, explique Jean-François Boucher, son PDG. Avec la crise et la baisse du pouvoir d’achat, les modes de consommation évoluent. Alors qu’il était rassurant de posséder par le passé, 83 % des Français privilégient aujourd’hui l’usage plutôt que la propriété [source : L’Observatoire Société et Consommation, NDLR]. Elle s’étend à presque tous les secteurs et pèse déjà 12 milliards d’euros au niveau mondial [source : PwC 2014, NDLR]. Les entreprises doivent s’adapter en se posant les bonnes...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 406 du 29/05/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X